Dernier virage avant le scrutin du dimanche prochain : Dans la paix, allons au vote !

6 janvier 2023

Le compte à rebours a commencé. Les électeurs iront aux urnes dans 48heures pour élire leurs prochains représentants à l’Assemblée Nationale. Les candidats qui se sont lancés à la quête de leurs suffrages depuis deux semaines vivent les derniers jours de la campagne électorale. 15 jours de rassemblements, de meetings, de tournées, de discours dans une ambiance des jours de fête. L’état d’esprit de joie et de plaisir a regagné les populations qui ont vécu une folle dernière semaine de campagne avec l’entrée en lice de certaines anciennes figures populaires du pays. La fièvre électorale n’avait plus autant gagné les rues depuis 6 ans. C’est cette ambiance qui clôture la campagne électorale pour les législatives du 08 janvier 2023. Une campagne qui s’est déroulée dans la paix et la quiétude. Hormis quelques incidents déplorables, le reste du temps a été consacré à des invectives, des attaques et autres intrigues qui sont de bonne guerre pour la conquête du pouvoir. Ce vendredi est le dernier jour et tous les partis vont lancer leurs derniers assauts. C’est le jour des plus grands rassemblements et des dernières stratégies puisque c’est la dernière occasion pour encore convaincre de nouveaux électeurs.
Une journée d’accalmie ce samedi et les urnes seront ouvertes dimanche pour que chaque électeur exprime son vote. Le scrutin du 08 janvier 2023 est le plus attendu depuis 2016 parce que plus ouvert avec plus de compétiteurs et de camps opposés. Cette élection met en opposition deux grandes tendances. Ceux qui soutiennent le régime actuel face aux opposants. D’un côté, l’Union Progressiste Le Renouveau (UPR), le Bloc Républicain (BR), Mouvement des Elites Engagés pour l’Emancipation du Bénin (MOELE – Bénin) et l’Union pour le Développement d’un Bénin Nouveau (UDBN) se réclament de la mouvance et de l’autre côté, Les Démocrates (LD), Force Cauris Pour un Bénin Emergent (FCBE) et le Mouvement Populaire de Libération (MPL) de l’opposition. La plupart ont tenu des langages de paix et non violence. Au cours de la campagne électorale, ils ont appelé à chaque meeting les populations à avoir des comportements de paix à travers des messages officiels dans la presse et sur les réseaux sociaux. On a même aperçu des candidats de partis idéologiquement opposés qui se sont retrouvés ailleurs sur un même podium de concert. Ce sont des discours et des attitudes à suivre par les populations le 08 janvier lors du scrutin. Exprimer son vote ne doit pas être un moment de guéguerre. C’est d’ailleurs un acte simple, facile qui se fait dans la discrétion totale. Le mécanisme électoral a prévu que le dépouillement soit public au vu de tous. Il n’y a pas raison de céder à la tentation de la violence. Les autorités sont interpellées pour sécuriser les zones les plus vulnérables en l’occurrence les régions en proie aux attaques terroristes ces derniers mois pour que le scrutin ne serve pas de tremplin pour semer la panique et le trouble au sein des populations. Allons au vote dans la paix et la sérénité.
Ange M’poli M’TOAMA





Dans la même rubrique