Dialogue politique au Bénin : Impressions de quelques participants

Arnaud DOUMANHOUN 11 octobre 2019

Augustin Ahouanvoébla (Bloc Républicain : C’est avec une fierté que je participe en tant que délégué à ces assises

C’est avec une fierté que je participe en tant que délégué à ces assises. Ce qui est essentiel est que le dialogue politique est un moyen par lequel les parties peuvent se parler. Nous allons consacrer ces trois jours à essayer de voir que faire pour améliorer et renforcer la prépondérance du parti politique dans le jeu politique du Bénin. Ce ne serait plus question des individus mais celle des grands rassemblements afin de permettre que le pays prenne de l’envol. C’est vrai que c’est difficile que certaines dispositions de la loi soient difficiles d’application et c’est une redondance. Mais aujourd’hui nous allons voir ce qu’il faut faire afin de faire la recommandation au chef de l’Etat qui trouvera dans le fort intérieur de sa conscience et de ses moyens et avec les institutions les ressources pour régler ces problèmes. Parce que le chef de l’Etat n’est qu’arbitre, il n’est pas partie prenante. En tant que président, il a vu du haut que ce qui s’est passé n’est pas agréable parce que certains partis sont restés dans la dynamique habituelle et n’ont pas pu satisfaire certaines exigences légales. Mon parti politique a été consulté et en tant que tel nous savons ce que nous avons à faire. Nous allons parler des élections et rien que des élections à travers évidemment les textes qui les organisent.

François ABIOLA, Bloc Républicain : J’espère que les partis politiques puissent s’accorder autour de l’essentiel

J’espère que les partis politiques puissent s’accorder autour de l’essentiel pour amener la cohésion dans notre pays. Ce qui intéresse tout le monde, c’est le bien-être et surtout que ceux qui sont tenus d’animer la vie politique dans notre pays puissent faire appel à la qualité des hommes qui sont chargés de faire cette animation. Vous convenez avec moi et je le dis sans hésiter que depuis 1990 nous faisons notre petit bonhomme de chemin politique. Depuis 1990, on peut dire que le Bénin change de président et je me pose la question de savoir << est-ce que c’est en changeant de président qu’on est en démocratie ? >>. Je dirai non. Il va falloir qu’on fasse appel à d’autres initiatives qualitatives pour assurer le bonheur à notre peuple.





Dans la même rubrique