Discours sur l’état de la Nation : Talon et la copie d’une gouvernance avant la vérité de 2021

Angelo DOSSOUMOU 29 décembre 2020

Une der importante qui, sans aucun doute, sera très décryptée par les analystes et la classe politique. Un discours sur l’état de la Nation d’autant plus stratégique pour la mouvance présidentielle et son chef surtout qu’il vient non seulement à la veille de la fin du mandat mais aussi d’une ambition à peine voilée de l’actuel locataire de la Marina de continuer à diriger ses compatriotes. Face à ces réalités, Patrice Talon est dans l’obligation de convaincre le peuple, un jury hétéroclite qui impatiemment, attend le scrutin du 11 avril prochain pour donner son verdict. Car, relativement à l’appréciation d’une gouvernance, selon qu’on soit de la haute bourgeoisie, de la classe moyenne ou des couches défavorisées, les paramètres et baromètres ne sont jamais les mêmes. Raison de plus, pour le très attendu Patrice Talon de devoir, dans le message bilan qu’il adressera dans la journée à ses compatriotes, contenter l’ensemble de la société béninoise. Evidemment, après une année difficile où le panier de la ménagère a beaucoup souffert du défaut de ressources financières, au-delà des habituels mots d’espoir, elles seront appréciées à leur juste valeur des propositions concrètes afin que dès les prochaines semaines, la consommation reprenne de plus belle.
Seulement, une gouvernance ne se résume pas à l’aspect actif et passif matériels. L’autre pan de la gestion de l’Etat, c’est le volet politique. A ce niveau, ce n’est pas une surprise que les positions soient plus tranchées à quelques mois de la présidentielle de 2021. Ailleurs, dans de telles circonstances, c’est pire et donc le Bénin en la matière ne fait pas exception à la règle. Ainsi, actuellement, l’opposition au régime en place, très amère à cause des réformes constitutionnelles et électorale notamment avec le verrou du parrainage, ne se contentera pas d’un bilan exclusivement réservé aux réalisations et prouesses à l’actif de la gouvernance du chantre du Nouveau départ. De ce côté, les meilleures nouvelles qui puissent être applaudies et d’ailleurs, le ton est déjà donné par le Collectif de l’opposition, c’est un retour à la Constitution du 11 Décembre 1990 et un gel des nouveautés introduites dans le code électoral. Simplement, en toute objectivité, cela ressemblerait à donner du bois à son adversaire pour se faire battre. Mais, il n’est pas interdit d’espérer une générosité politique de Talon et même un renoncement à sa propre succession en 2021.
En somme, devant une opposition qui met en avant le bilan politique de la Rupture pour peindre en noir ces quatre dernières années de gestion de l’Etat et se mettre le peuple en poche, le président Talon est appelé à servir des arguments qui feront pencher la balance de son côté. Alors, au Palais des gouverneurs ce jour, ce sera l’exercice de la persuasion. Ce qui est sûr, dans un système partisan, quels que soient les démonstrations faites et les exemples servis, les détracteurs ne manqueront pas. Dans un tel contexte, si la majorité est persuadée de la vision, du bilan et des perspectives du développement de leur pays à travers le message du président Patrice Talon, il pourra se frotter les mains et espérer facilement passer le cap du 11 avril 2021. Mais, il n’empêche que dans l’optique de rassembler tous ses compatriotes autour de l’idéal Bénin, des gestes d’ouverture ne seront pas de trop. Reste à voir, avec Patrice Talon devant une opposition sur des béquilles à cause des réformes prises sans qu’elle ait eu la possibilité de donner son avis, à quoi pourraient-elles ressembler.





Dans la même rubrique