Dynamique Restaurer la Confiance : Les populations Xwla et Sèto soutiennent la vague orange

Adrien TCHOMAKOU 31 mars 2021

Liesse populaire empreinte de célébrations culturelles dans le 1er arrondissement de Cotonou ce mardi. Le duo Corentin Kohoué-Iréné Agossa poursuit ainsi sa campagne électorale en expliquant aux populations ce qu’il compte mettre en œuvre dès son élection à la magistrature suprême. Il était en face des populations Xwla et Sèto à la maison du Peuple d’Akpakpa.

Il se veut une alternative crédible au pouvoir en place. Le duo Kohoué-Agossa l’a une fois encore démontré ce mardi en promettant avant tout l’arrêt de la saignée en 2021 : « Nous allons arrêter de serrer les ceintures », a d’emblée rassuré l’un des porte-étendards de la vague orange Iréné Agossa. Pour les propositions de renouveau qu’il a ébauchées, le mouvement des Xwla et Sèto du littoral a accepté de lui mouiller le maillot en vue d’une victoire le 11 avril prochain. Il s’agit pour ce mouvement de faire preuve de réalisme : « La dynamique restaurer la confiance est un choix qui s’impose aux béninois. La situation étant critique, l’espoir renaît avec le duo Corentin Kohoué-Iréné Agossa », s’est exprimé le porte-parole du mouvement Etienne Houessou. Pour s’enraciner dans le cœur des militants du littoral, Corentin Kohoué et son colistier Iréné Agossa promettent entre autres, une baisse de la pression fiscale pour relancer la consommation, la solidification des liens commerciaux avec le Nigéria et le recrutement de jeunes diplômés. Autant de promesses dont l’objectif est de mettre fin aux mesures d’austérité et de renouer avec un dialogue sincère : « Démocratiquement, le peuple béninois sait sanctionner ses dirigeants quand ils ne méritent plus sa confiance…Les promesses faites par le régime de la rupture n’ont pas été tenues…Notre président ne maîtrise pas le job, il n’a pas pu combler les attentes en cinq ans », a déclaré Iréné Agossa. Et nul ne sera de trop dans la construction nationale qu’entend mettre en œuvre la dynamique Restaurer la confiance. Anciens chefs d’Etat, exilés politiques, tout le monde est appelé, dans la réconciliation, à apporter sa pierre à l’édifice.





Dans la même rubrique