Élection manquée du Maire d'Adjarra : L'absence de consensus au sein de l'Union Progressiste

Karim O. ANONRIN 29 mai 2020

Les dix-neuf Conseillers communaux retenus par la Commission électorale nationale autonome (Cena) à l’issue des élections communales du 17 mai dernier n’ont pas pu accorder leurs violons ce jeudi 28 mai 2020 pour élire en leur sein le Maire et ses adjoints. Et pour causes. Deux conseillers communaux membres de l’Union Progressiste n’ont pas pu taire leurs divergences. Même la présence du Préfet de l’Ouémé, Joachim Apithy, n’a pu permettre de régler la situation. Plus précisément, alors que beaucoup s’attendaient à la seule candidature de Germain Wanvoègbè de l’Union Progressiste au poste, un autre conseiller élu de la même formation politique en l’occurrence Justin Sourou Gbèdowézoun, a lui-même manifesté le désir de briguer le même poste. Après les conciliabules, ce dernier a fini par retirer sa candidature. Il s’en est suivi l’engagement du vote pour le candidat unique Germain Wanvoègbè. Mais contre toute attente, le vote donne un résultat de 09 voix pour et 10 voix contre ; ce qui fait immédiatement penser qu’en dehors des 9 conseillers du parti Bloc Républicain qui ont visiblement voté contre l’élection de Germain Wanvoègbè, un conseiller membre de l’Union Progressiste, a fait de même. Face à cette situation de blocage du processus devant aboutir à l’élection du Maire d’Avrankou et de ses adjoints pour la 4ème mandature de la décentralisation au Bénin, le Préfet de l’Ouémé, venu superviser l’installation des nouveaux conseillers communaux, a dû suspendre le processus et reportant l’élection à une date ultérieure.

La déclaration du Préfet Joachim Apithy sur la situation de blocage de l’élection du Maire d’Adjarra)
« ...Nous avons continué les travaux ici à Adjarra. Ceci devrait se passer dans une très bonne ambiance. Malheureusement, vous avez constaté avec nous que la liste majoritaire étant remise au président du bureau d’âge au sein du conseil communal, il y a d’autres élus au sein de ce parti majoritaire qui voulaient se porter nécessairement candidats ; ce que le bureau d’âge n’a pas accepté. Néanmoins, par la suite, ils sont revenus à de meilleurs sentiments et l’élection du Maire a démarré. Malheureusement, ça s’est soldé par un échec. Sur les 19 conseillers, le seul candidat au poste de Maire a obtenu 09 voix pour et 10 voix contre. Cela veut dire simplement que le processus ne peut plus avancer. Nous avons assisté à une sorte de dilatoire et de blocage au niveau de la Commune d’Adjarra. Nous allons rendre compte à qui de droit pour dire la date à laquelle nous allons revenir ici à Adjarra pour poursuivre les travaux. N’oubliez pas que nous avons rappelé à la table que s’il y a des observations, des conseillers ont la latitude de saisir la juridiction compétente qu’est la Cour suprême... »
Propos recueillis par Karim Oscar ANONRIN





Dans la même rubrique