Election présidentielle au Bénin : Ce que le duo Kohoué-Agossa a dit à Monseigneur Victor Agbanou

Adrien TCHOMAKOU 31 mars 2021

Après le nord du pays, le duo Kohoué-Agossa est descendu dans le Mono pour rencontrer Monseigneur Victor Agbanou. L’évêque a pu apprendre des candidats les réelles motivations de leur candidature. Ils lui ont précisé qu’ils ne sont nullement la marionnette du Président de la République. Le duo fustige la décision de la Haac de supprimer les débats entre candidats. Irené Agossa candidat à la vice-présidence de la dynamique RLC précise : « Nous ne savons pas pourquoi la Haac n’a plus voulu qu’il y ait des débats contradictoires. C’est capital, parce que le fait d’écouter un seul candidat ne veut rien dire. Il faut que les candidats confrontent leurs idées. C’est ça la vie démocratique ». Pour le candidat président Corentin Kohoué, la bonne formation des jeunes est impérative. « Le mécanicien est appelé à réparer. Mais nos mécaniciens ne réparent pas.

C’est des échangeurs de pièces. Je ne demande pas aux jeunes diplômés de devenir mécaniciens. Les jeunes qui n’ont pas la capacité d’aller loin dans les études, qui ont au moins le Cep, le Bepc, peuvent devenir tailleurs, réparateurs et autres. Et pour y parvenir, ils doivent se faire former. Il faut que le système éducatif béninois tienne compte de cette réalité », a-t-il dit. Le duo Kohoué-Agossa propose une restauration de la confiance et une série d’actions après son élection à la magistrature suprême : « Nous avons dit qu’il faut tout faire pour restaurer la confiance, faire en sorte qu’on se réconcilie avec le peuple. Parce que ce peuple ne nous croit plus. Il faut faire en sorte que les anciens présidents qui sont des références pour nous se réconcilient. Si on ne le fait pas, on ne peut pas construire le pays seul », a dit Iréné Agossa.





Dans la même rubrique