Émission Zone Franche de Canal 3 Bénin : Honfo parle du PRD et de ses relations avec le pouvoir

Karim O. ANONRIN 24 février 2020

Le Vice-président et Porte-parole du Parti du renouveau démocratique (PRD), Charlemagne Honfo, était ce dimanche 23 février 2020, l’invité de l’émission Zone Franche de la chaîne de télévision privée Canal 3 Bénin. Plusieurs sujets ont été abordés au cours de cette émission. Il s’agit entre autres des préparatifs des élections municipales et communales du 17 mai 2020 au sein de ce parti et de ses relations avec le pouvoir en place. Le PRD est bien un parti de la mouvance présidentielle en dépit de sa non participation au gouvernement du président Patrice Talon, seul détenteur des prérogatives pour la nomination des membres de son équipe gouvernementale. C’est du moins ce qui ressort de l’intervention hier de Charlemagne Honfo sur ladite émission. Mieux, ce dernier a laissé entendre que le choix du PRD de ne plus faire l’opposition n’est pas pour les beaux yeux de quelqu’un, mais que cela est l’expression d’une décision prise au conseil national du parti en février 2014 annonçant la fin de l’opposition au régime au pouvoir dès 2016. Par ailleurs, le Porte-parole du PRD, Charlemagne Honfo, s’est voulu rassurant sur les relations qu’entretient le parti avec le régime du président Patrice Talon. A en croire ses propos, le PRD est de la mouvance présidentielle critique et les responsables du parti n’ont jamais cessé d’échanger avec le président Patrice Talon sur des questions d’intérêt national. Il en veut pour preuve l’oreille attentive du président de la République chaque fois qu’il est sollicité par le PRD pour des projets d’infrastructures dans des régions réputées fiefs du parti. Il en veut également pour preuve, l’engagement du parti aux côtés du Chef de l’Etat pour que la paix et la cohésion sociale règnent au Bénin. Enfin, il a laissé entendre qu’avec le Chef de l’Etat, le président Patrice Talon, les relations sont au beau fixe et que les contacts demeuront permanents eu égard aux prouesses réalisées par le gouvernement de la rupture sur le plan des infrastructures, toutes choses qui cadrent avec la vision du parti.

Le PRD prépare activement les élections municipales et communales
Depuis quelques temps, la non participation du PRD aux élections législatives de 2019 fait couler beaucoup d’encre et de salive. Ceci, au point où beaucoup se demandent si le parti ira aux prochaines élections municipales et communales. D’aucuns estiment même que le PRD aura non seulement du mal à constituer les dossiers de candidatures à ces élections, mais aussi qu’il ne pourra pas réunir les 10% de suffrages exigés par le Code électoral pour prétendre à des sièges de conseillers communaux et municipaux voire à contrôler des mairies comme c’est le cas aujourd’hui. Pour le Porte-parole du PRD, si son parti n’arrive pas à constituer les dossiers de candidatures aux prochaines joutes électorales, aucun autre parti ne pourra le faire. Il a d’ailleurs saisi l’occasion de l’émission Zone Franche pour parler des dernières démarches au siège du Conseil d’orientation et de supervision de la liste électorale permanente informatisée (COS-LEPI). Dans ses explications, le Porte-parole du PRD, Charlemagne Honfo, a déclaré qu’il s’agit pour la Direction exécutive nationale (DEN) du PRD d’aller s’assurer du bon déroulement du processus d’actualisation du fichier électoral face aux informations faisant état de ce qu’il se prépare des fraudes dans certaines localités par certains politiques. « …Le PRD se porte très bien et à merveille. C’est un parti de masse et du peuple. C’est l’unique parti qui reste et qui soit historique. Le Prd n’a jamais des ennemis. Il n’a que des adversaires et temporaires… », a dit Charlemagne Honfo. Quant aux différentes défections des membres de son parti vers d’autres, il conclut que la valeur d’un homme s’apprécie par sa crédibilité et au respect de la parole donnée. « ...Le Prd ne peut pas subir des manipulations ni des pressions, parce que le Prd n’a rien à se reprocher. Nous dénonçons avec la dernière rigueur ces intimidations… », martèle le porte-parole des Tchoco-tchoco.





Dans la même rubrique