Enseignement supérieur : Le Gouvernement met fin à l’élection des autorités universitaires

Fulbert ADJIMEHOSSOU 25 octobre 2018

Plus d’élection des autorités rectorales dans les universités nationales du Bénin, du moins Jusqu’à l’examen de la nouvelle gouvernance des établissements publics d’enseignement supérieur par le Conseil national de I‘Education. Ainsi en a décidé le Gouvernement à travers le décret 2018-441 du 20 septembre 2018 portant mesures transitoires de la mise en œuvre de la réforme de la gouvernance des universités publiques du Bénin. Cette décision met fin au cycle de démocratisation que connaissent les universités publiques depuis 2008, avec les premières élections rectorales. Mais pour en arriver là, il a fallu de rudes batailles avec en toile de fond une paralysie répétée des campus par les syndicats des enseignants du supérieur et les organisations d’étudiants. Une démocratie dans les universités, n’est pas non moins problématique. Une décennie après, les universités sont toujours à la quête d’un meilleur mode de gouvernance.

Fin de la démocratisation ?
Si les syndicats des enseignants considèrent la démocratisation comme un acquis ‘’intouchable’’, les gouvernants ne voient pas les choses ainsi. Dans le cadre des réformes prévues, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesrs) n’avait pas exclu la possibilité de revoir le mode de gouvernance. Le diagnostic présenté faisait cas du non fonctionnement des Conseils d’Administration prévus dans les AOF des UNB ; la non maitrise par l’Etat des besoins réels des universités tant en investissements que pour leur fonctionnement. La suspension de l’élection des dirigeants des universités nationales du Bénin n’est donc pas surprenante. Ce qui pourrait l’être et qui ne fera pas peut-être l’unanimité, c’est l’option de la nomination des dirigeants. Mais en attendant, les autorités universitaires en fin de mandat sont donc maintenues à leurs postes.





Dans la même rubrique