Enseignement supérieur : Les critiques de Talon et les réponses annoncées

Fulbert ADJIMEHOSSOU 26 mars 2021

Talon s’oppose à la qualité de formation dans les universités du Bénin. Le candidat de la mouvance présidentielle entend d’ailleurs œuvrer à améliorer, s’il est réélu pour un autre quinquennat. En face de milliers d’étudiants ce vendredi lors du lancement de sa campagne, au Palais des congrès de Cotonou, pour le compte de la Présidentielle de 2021, il s’est attardé sur le diagnostic. Après avoir fait observer les lacunes constatées lors de l’évaluation des enseignants aspirants du secondaire, Talon est allé plus loin. « Je m’excuse auprès des enseignants du supérieur qui sont dans la salle. Il faut avouer que l’enseignement supérieur n’est pas challengé. Les enseignants du supérieur pour un grand nombre sont laxistes. Beaucoup sont mal formés », a-t-il déploré.
Le chef de l’Etat candidat à sa propre succession annonce des dispositifs de contrôle de présence et de qualité pour les « challenger ». Un dispositif de qualification complémentaire au Cames est attendu. « Nous allons instaurer un dispositif complémentaire d’évaluation interne. Vous les étudiants, vous allez intervenir dans ce dispositif d’évaluation des enseignants », insiste-t-il, sous les ovations des participants. Dans le Programme de société du duo Talon-Talata, il est inscrit la mise en place d’un fichier national pour les aspirants à l’enseignement supérieur, l’instauration d’un nouveau mécanisme de recrutement, et la mise en place d’un dispositif de recrutement d’enseignants de réputation internationale. Pour ce qui concerne, les autres sous-secteurs de l’enseignement, le candidat a annoncé entre autres la création de lycées techniques agricoles et la promotion des matières scientifiques dans la formation générale.





Dans la même rubrique