Entretien avec Alexandre Alovokpinhoun, membre du mouvement Néhémie : « …nous voulons contribuer à la reconstruction de notre Nation »

Isac A. YAÏ 15 mars 2021

Le Bénin se prépare à aller à l’élection présidentielle le 11 avril prochain. L’univers politique est alors en ébullition. Des mouvements se forment pour soutenir les duos de candidats en lice. Des soutiens les plus attendus aux inattendus s’observent. Parmi les invités surprise dans l’arène politique, se trouve le mouvement Néhémie. Ce regroupement des chrétiens de toutes les obédiences porte son choix sur le duo Talon-Talata. Selon eux, ce choix n’est pas le fruit du hasard. A travers cet entretien, Alexandre Alovokpihoun, administrateur et manager des services de santé et membre de ce mouvement, explique les raisons qui poussent les chrétiens dans l’univers politique et le choix du duo Talon-Talata.

Vous êtes membre du mouvement Néhémie, un mouvement chrétien mais qui parle de la politique. Quelles sont les raisons de la création de ce mouvement ?
Il faut d’abord remarquer que dans nos sociétés et plus particulièrement au Bénin, les chrétiens hésitent à investir l’espace politique, à avoir des positions et à prendre conscience de leurs responsabilités en tant que chrétiens dans la gestion de la cité. En observant cette situation, nous avons senti le besoin de regrouper tous les chrétiens afin de nous organiser de telle sorte que l’esprit de vérité et celui de Jésus soient au cœur de la gestion de la chose publique. Nous pensons qu’en nous mettant ensemble, cela va faire progresser notre Nation dans la vérité.

Pourquoi alors le nom Néhémie à votre mouvement ?
Nous avons vu que notre pays était tombé dans la ruine comme le cas de Jérusalem. Nous vivions comme un peuple qui ne se soucie pas de l’avenir de sa Nation. Ayant donc vu la révolution en cours dans notre pays depuis 2016 et la manière avec laquelle notre Nation est en train d’être redressée dans tous les domaines tels que les secteurs de la santé, l’éducation, les infrastructures publiques, la gouvernance, l’énergie…, nous nous sommes alors dit qu’il est temps que tous les chrétiens se mettent ensemble pour accompagner la reconstruction et la renaissance de notre Nation. Pour le chrétien, tout pouvoir vient de Dieu. Il ne voit donc pas le pouvoir physique, mais il reconnaît l’autorité de Dieu en ce pouvoir. Le chrétien doit donc respecter le pouvoir. Nous avons alors constaté que plus de 4 millions de chrétiens que nous sommes au Bénin, nous n’avons véritablement pas compris que nous devons accompagner et prier pour tout pouvoir politique. Nous devons donc jouer notre rôle de chrétien en prenant clairement position pour le pouvoir en place ou ceux qui viendront après. C’est ce rôle de prise de conscience que nous voulons restaurer dans notre Nation.

En entendant le nom de votre mouvement, on s’attendait au regroupement de chrétiens qui sensibiliseront les populations sur la paix en période électorale, mais chose étonnante, votre mouvement parle purement de la politique. Comment expliquez-vous cela ?
Le mouvement Néhémie veille à ce qu’il y ait la paix dans la cité. Donc, sensibiliser pour que la paix règne dans notre Nation, c’est cela même le socle de notre mouvement. Mais nous devons pouvoir aider et soutenir le pouvoir en place. Au-delà du rôle de sensibilisation que nous jouons, il y a aussi le rôle de soutenir spirituellement un pouvoir. C’est ce rôle-là qui vous fait penser que nous abordons plus le côté politique. Mais au-delà de notre titre de chrétien, nous sommes citoyens d’un pays. Et c’est dans notre citoyenneté que nous devons accomplir notre chrétienté… Le chrétien a deux identités qu’il exerce dans la cité. Pour cela, il doit donc prendre position. Il doit laisser ses empreintes de disciple de Christ dans la cité. Il doit être la lumière qui garantit la paix dans la cité. Il ne doit pas s’associer à tout ce qui déstabilisera un pouvoir. Il doit œuvrer pour la cohésion de la société. Faire alors notre choix ne nous empêche pas d’être chrétiens. En tant que des Hommes dotés de raison et de foi, nous devons faire des choix responsables. Face à ce silence qui s’apparente à l’hypocrisie générale du chrétien sur le terrain politique, nous, dans le mouvement Néhémie, comme ce personnage l’a fait à Jérusalem, nous voulons contribuer à la reconstruction de notre Nation. Nous avons donc décidé de quitter notre silence pour affirmer notre position, pour jouer notre rôle dans l’histoire de notre Nation. Notre mouvement a pour connotation de porter et de supporter tout pouvoir établi par Dieu.

En prenant position pour le pouvoir en place et ceux à venir, cela veut-il dire que l’opposition est là pour déstabiliser le pouvoir établi par Dieu et non pour défendre les causes du peuple ?
Chacun joue son rôle dans la cité. L’opposition a son projet et sa vision pour la gestion du pays. Et quand on parle d’opposition dans un pays, ce ne sont pas les Hommes qui s’opposent, mais plutôt les visions et les manières de gérer qui s’opposent. On peut opposer les idéologies, la philosophie de diriger une Nation, mais on ne peut pas s’opposer entre citoyens d’un même pays pour le bien-être de la Nation. Vu sous cet angle, chacun joue son rôle en fonction de la vision qu’il défend. Mais Dieu en qui les chrétiens ont confiance, quelle que soit la vision que l’opposition ou la mouvance porteront pour venir au pouvoir, nous pensons que le peuple mérite le roi que Dieu lui donne. A partir de cet instant, nous accompagnons l’autorité que Dieu a établie en priant quel que soit son cœur de dictateur ou de tyran, parce qu’au mouvement Néhémie, nous pensons que le chrétien a le devoir de prier pour transformer le cœur. Nous devons donc prier pour transformer le cœur du politique en un cœur de chair sensible. C’est le rôle que nous jouons dans la cité. Si vous êtes chrétien de la mouvance ou de l’opposition, votre devoir est de respecter les lois de la République. Nous devons être confiants que notre Dieu est un Dieu de paix. Nous ne devons pas nous associer pour la destruction de qui que ce soit ou porter atteinte ni à la vie, ni aux édifices publics ou privés… Notre rôle en tant que chrétien est de contribuer au progrès du pays. Ne pas le faire, c’est être responsable de l’échec du pouvoir. Nous ne pouvons pas être aussi nombreux et le pays va balancer dans le chao ou dans la violence. Nous devons être confiants que notre Dieu est un Dieu qui sauvegarde la vie. Le chrétien, qu’il soit de la mouvance ou de l’opposition, doit pouvoir jouer un rôle de paix et respecter le pouvoir. On peut être de l’opposition et respecter le pouvoir en place. C’est cette conscience que nous demandons aux uns et aux autres. Au niveau du mouvement Néhémie, après analyse du changement structurel de notre pays, nous sommes sensibles à la main invisible de Dieu qui s’observe dans tous les domaines du pays depuis 2016. Nous pensons qu’il faut continuer ce progrès pour ne pas retomber dans le cycle d’un éternel recommencement. Il faut donc continuer avec cette dynamique et prier pour que cette gouvernance ait un visage christique pour le bien de la Nation. Cette transformation de notre pays vient de Dieu c’est pour cela que nous l’accompagnons. Ce que le Président Talon est en train de faire au Bénin est à l’image de ce que Néhémie avait fait à Jérusalem. Néhémie, en revenant dans sa patrie pour sa reconstruction, il a eu des opposants. Mais cela n’a pas empêché cette mission divine de se réaliser. Le plus important est que dans l’opposition, tout se passe dans l’amour. On ne construit pas un pays à travers la terreur, le terrorisme, … On construit une Nation à travers l’amour. Si vous voulez avoir le pouvoir, c’est par le respect des règles en vigueur qu’on y accède. On accède donc pas à un pouvoir par la violence. C’est ce que nous voulons faire comprendre à tous les chrétiens du pays et à tout le peuple béninois. Quand vous allez accéder au pouvoir, vous pourrez revoir les textes en fonction de votre idéologie. Si les chrétiens veulent accéder au pouvoir, ils doivent appartenir aux partis politiques et investir l’espace.
Dire que je suis chrétien, je ne peux pas faire la politique, c’est laisser les autres décider à votre place. Nous sensibilisons alors tous les jeunes à investir l’espace politique de par leur identité de chrétien et à y apporter la lumière. Si nous restons dans nos églises en nous disant que les politiciens sont là-bas pour diriger, nous allons en souffrir, mais nous ne pourrons rien faire en son temps. C’est pour cela que nous disons qu’en tant que chrétien, libérons-nous, faisons des choix responsables et investissons l’espace politique. Ne laissons plus d’autres personnes décider à notre place. Il faut passer de l’étape de bondieuserie à l’étape des actions. Néhémie était non seulement dans la prière mais aussi dans l’action. Donc, la restauration de la Nation passe par la restauration spirituelle, la restauration morale et la restauration physique. C’est notre rôle à jouer pour porter la Nation car, nous pensons que le pouvoir n’est pas que physique, il est d’abord divin. Si nous pensons que tout pouvoir vient de Dieu, nous devons respecter cela.

Pour passer à l’action, votre mouvement a décidé de supporter le duo Talon-Talata pour l’élection présidentielle du 11 avril prochain. Expliquez-nous les raisons de ce choix.
Nous sommes créés à l’image de Dieu. Nous avons donc la raison, la volonté et la liberté. Or, la liberté, c’est faire le choix du bien et être responsable. La foi va avec la raison. On ne peut donc pas se cacher derrière la foi pour rester insensible à l’œuvre de Dieu dans une Nation. Le chrétien est donc en mesure d’ouvrir les yeux sur tout ce qui se passe dans une Nation. Les chrétiens, toutes catégories confondues sont donc sensibles à tout ce qui se passe dans notre pays depuis 2016. Il y a eu de la transformation dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’énergie, de la gouvernance… Le chrétien dans son discernement a vu que c’est la main de Dieu qui agit à travers le pouvoir actuel. Et la Constitution a donné le droit au Président actuel de postuler pour un deuxième mandat en duo. Nous estimons donc que la dynamique en marche continue. Et pour que cette dynamique continue, il faut accompagner le pouvoir à sa réélection. C’est pour cette raison que nous avons discerné et fait ce choix. Nous croyons en notre Dieu que nous avons fait un choix responsable qui va permettre à notre pays d’aller au sommet du développement. Nous pouvons faire notre choix et Dieu, dans sa providence, peut donner le pouvoir à une autre personne. Nous allons nous repositionner pour pouvoir respecter ce choix de Dieu. Donc, notre choix en tant que chrétien peut ne pas être nécessairement celui de Dieu. Mais, à partir de l’instant où Dieu porte son choix sur un homme, Néhémie se doit de respecter, de prier et d’accompagner ce pouvoir.

A vous entendre c’est comme si tout est rose sous le régime du Président, n’est-ce as !
Aucune œuvre humaine n’est parfaite. Ceci dit, un gouvernement ne peut pas résoudre tous les problèmes du pays à la fois. Le niveau de développement de notre pays nécessite à ce que le Bénin passe au creuset du sacrifice pour pouvoir passer à une autre étape. Nous ne pouvons pas dire que nous sommes chrétiens aujourd’hui sans la passion, la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Donc, pour un développement structuré et durable, il y a une étape de sacrifice de toute la Nation pour que tout le monde ait le minimum pour vivre. Et je pense que c’est ce rôle que le pouvoir joue depuis 2016 afin d’assurer les cinq besoins fondamentaux à tous. Ce choix de souffrance aujourd’hui pour que le pays se développe demain est un choix responsable pour la Nation. En faisant donc ce choix, tout ne peut pas être rose car, l’objectif, c’est de voir le pays grand demain. Tous ceux qui s’attachent à aujourd’hui ne peuvent pas voir le bien-fondé de la gouvernance actuelle. Pour nous les chrétiens, nous miroitons la gloire de Dieu et celle du pays à venir. Et c’est pour cela que nous avons la joie de vivre, le sacrifice ou la souffrance actuels. Et c’est à cela que nous invitons les chrétiens. Tout n’est donc pas rose, c’est un choix politique. D’autres pouvoirs font le choix du populisme et de la satisfaction immédiate du peuple sans se soucier du lendemain. C’est un choix politique. Donc, à chaque système, son choix. Mais nous pensons que le choix du pouvoir actuel garantit l’avenir de la Nation. Nous sommes donc sensibles à cela.

Comme vous dites que tout n’est pas rose sous le régime actuel, qu’est-ce qu’il n’a pas encore fait et que vous aurez aimé qu’il fasse ?
Je dirai plutôt que ce régime doit améliorer le niveau d’implication des composantes de la société dans les prises de décisions. Je pense que cela va s’améliorer progressivement car, le niveau d’implication dépend du niveau de connaissance et de culture d’un peuple. Le système de la Nation était tellement gangreneux que nous confondons le mal et le bien. La corruption était érigée en règle dans la cité, faire la grève sans service minimum est comme une règle dans la cité, occuper illégalement l’espace public était érigé en règle, vendre un domaine public était normal… L’inconscience populaire étant installé, il faut alors passer à une étape de séparation et de restauration de certaines choses afin qu’on puisse ouvrir les yeux sur ce qui est bien pour passer à une étape de l’implication progressive. Le niveau de l’analphabétisme étant trop poussé, manipuler le peuple dans le sens du bien et du mauvais est facile. Donc, celui qui a le pouvoir de l’argent manipule un peuple ignorant. Il faut donc amener un peuple à un niveau de discernement et de raison avant de l’impliquer aux instances de prise de décisions. Le pouvoir actuel doit jouer un rôle de sensibilisation active pour le bien du peuple. C’est cela qui manque. Raison pour laquelle le peuple voit le pouvoir comme un oppresseur qui est en train de lui arracher ce qu’il a de plus cher. Or, nous sommes dans un processus.

Que deviendra donc le mouvement Néhémie après l’élection présidentielle du 11 avril prochain ?
Le mouvement Néhémie n’est pas un mouvement de plus encore moins un mouvement opportuniste. Nous pensons qu’à l’image des années 1990, notre pays est à la croisée des chemins. Il faudrait que les composantes identitaires de notre pays jouent un rôle prépondérant dans les décennies à venir de notre Nation. C’est pour cela que nous nous sommes positionnés pour éviter le recommencement. Cela n’est pas seulement pour 2021, mais pour toujours. Ce mouvement étant de Dieu, fondé sur Jésus-Christ est un mouvement éternel. Si vous allez aux Etats-Unis, il y a des pasteurs et des hommes de Dieux qui sont des conseillers du Président. Le mouvement Néhémie se veut un partenaire actif du pouvoir pour assurer la paix et la cohésion dans la cité.

Un mot pour clore cet entretien.
Nous vous remercions pour cette opportunité que vous nous offrez de nous exprimer. Je dis à tous les Béninois, quelle que soit leur position, que nous sommes à la croisée des chemins. Il est donc temps de donner une orientation nouvelle à notre pays pour démonter au monde entier que le Bénin est plus fort que la violence. Le Bénin compte plus que tout et il est au-dessus de tout pouvoir. Il ne faut donc pas que le pouvoir nous divise, mais plutôt qu’il nous unisse pour le bien de notre Nation.
Propos recueillis par Isac A. YAÏ





Dans la même rubrique