États Généraux des citoyens en vue du développement local : La dynamique de l’élan participatif mis en branle

Moïse DOSSOUMOU 31 mai 2021

C’est une véritable bible du développement qui a été conçue ce weekend. En convoquant les Etats généraux de sa commune, Angelo Ahouandjinou espérait disposer d’une feuille de route aux termes des travaux. Le moins qu’on puisse dire est qu’il a été copieusement servi. Les 28 et 29 mai derniers, la salle de conférence de l’hôtel le privilège a draîné un beau monde. A l’unisson, les forces vives de la commune ont spontanément répondu à l’appel de l’édile de la localité. Quatre temps forts ont marqué ces assises. L’ouverture des travaux ; la présentation des résultats des travaux des groupes thématiques et des fora de quartiers et villages ; le recueil des questions, préoccupations et attentes des participants et réponses aux questions et débats ; puis la clôture des travaux.
Vendredi dernier, le top a été donné par les autorités administratives mobilisées pour la circonstance. Nonobstant ses atouts et potentialités, la commune d’Abomey-Calavi peine à prendre le chemin du développement. Pour le maire, « la seule stratégie valable est celle qui met à contribution toutes les valeurs humaines dont la commune dispose dans un élan participatif et inclusif ». Pour Jean-Claude Codjia, préfet de l’Atlantique, l’organisation des Etats Généraux témoigne de la ferme volonté des uns et des autres à accompagner le développement de la Commune. Il a salué l’approche participative qui caractérise la rencontre qui permet de cerner ensemble les problèmes majeurs qui se posent et de proposer des solutions susceptibles de relever les défis. Présidé par Victor Topanou et Mathias Pofagi, avec pour rapporteurs Timothée Togbé et Ilarion Guèdègbé et le secrétariat assuré par Marcellina Aissi, le présidium a pris le contrôle des travaux. Tout en rappelant le bien-fondé de cette rencontre qui est une première dans l’histoire de la décentralisation au Bénin, Mathias Pofagi a souligné qu’il s’agit d’un exercice de réflexion prospective, notamment celle dite de la « Prospective territoriale », qui consiste à effectuer des recherches qui ont pour objet l’évolution de la Commune dans un avenir prévisible, c’est-à-dire les 15 prochaines années. Que ces réflexions devront donc définir les aspirations majeures à moyen et court termes susceptibles d’alimenter les 3 ou 4 prochains Plans de développement de la Commune (PDC).

Quatre panels ont meublé les travaux thématiques. Il s’agit de : « économie locale, fiscalité de développement, technologie et innovation de développement et tourisme », « sécurité, paix sociale, sante de la population, éducation et promotion de l’emploi, agrobusiness, culture et développement », « urbanisation et aménagement du territoire, eau assainissement, gestion des déchets et gestion de la biodiversité, changement climat énergie renouvelable et l’administration locale », « promotion du genre et inclusion sociale, administration locale, sécurité et développement, stratégie de mobilisation des ressources et partenariat ».
Plusieurs recommandations ont sanctionné ces assises. Essentiellement, elles sont liées aux voies et moyens devant contribuer à la mobilisation des ressources nécessaires au financement des investissements pouvant contribuer au développement et à l’amélioration des conditions de vie des populations. Comme on pouvait s’y attendre, la gestion assainie du foncier n’a pas été occultée. Sur le plan du découpage territorial, il a été recommandé que l’arrondissement de Godomey ne soit pas séparé de la commune d’Abomey-Calavi.
Satisfait de la qualité des échanges, Angelo Ahouandjinou a remercié les participants qui ont accepté de manière bénévole sacrifier leur temps pour la cause du développement local. Pour lui et les deux adjointes, le rapport général de ces Etats généraux constitue la feuille de route de la présente mandature et il s’attèlera avec son équipe à traduire en actes les recommandations.





Dans la même rubrique