Face-à-face Talon-Yayi ce jour à la Marina : L’amorce du dégel

Moïse DOSSOUMOU 22 septembre 2021

Dans un passé récent, ils étaient proches, presque intimes. Puis, courant 2012, la brouille, une grande brouille est intervenue. Farouchement opposés l’un à l’autre, ils se sont livrés une guerre impitoyable. Fait extraordinaire, Patrice Talon a pris sa revanche en succédant à Boni Yayi. En rendant les armes malgré lui, ce dernier lui offrit une bible le 6 avril 2016, jour de passation de charges à la tête du pays. Depuis lors, la guerre a repris de plus bel. Nourries par la rivalité Talon-Yayi, les consultations électorales de 2019, 2020 et 2021 se sont déroulées dans un climat crispé et tendu. La querelle entre ces deux hommes d’Etat a pris une autre dimension aux lendemains des législatives de 2019 avec « l’enfermement » de Boni Yayi à son domicile à Cadjèhoun 52 jours durant. Comme on peut s’y attendre, les relations entre les deux personnages sont demeurées crispées. A plusieurs reprises, plusieurs voix ont lancé des appels à la paix et à la réconciliation. Rien n’y fit. Hormis le tête-à-tête solennel du 6 avril 2016, officiellement, les deux hommes n’ont plus échangé à huis clos. La rencontre d’Abidjan qui s’est déroulée le 18 avril 2016 en présence de Alassane Ouattara et de Faure Gnassingbé qui ont offert leurs services pour une réconciliation effective entre les deux hommes n’a pas servi à grand-chose.

Lueur d’espoir transformée en illusion
Alors que plus rien ne présageait d’une relation cordiale entre les deux protagonistes, une lueur d’espoir est apparue dans la nuit de leur tumultueuse relation. Le 20 novembre 2019, Boni Yayi qui séjournait au Bénin dans le cadre d’une mission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) était censé être reçu par Patrice Talon avec la délégation. Une certaine frange de l’opinion y voyait déjà le signe annonciateur d’un dégel. Contre toute attente, Boni Yayi a repris son vol sans se présenter au palais de la République où l’attendait son successeur. A l’approche de la présidentielle, Boni Yayi et son parti « les démocrates » sont sortis de leur réserve. Mais leur activisme fut de courte durée. L’ex chef d’Etat s’est envolé de Cotonou quelques jours avant la tenue du scrutin. Il n’est revenu que ces derniers jours où sa présence a été signalée au domicile de Nicéphore Soglo pour lui présenter, une fois encore, ses condoléances suite au décès de l’ancienne première dame.

Une tradition démocratique
Aujourd’hui, comme ce fut le cas le 20 novembre 2019, Boni Yayi est attendu au palais de la Marina pour être reçu en audience par Patrice Talon. Hélas, les gestes barrières imposées par la pandémie de la Covid-19 ne permettront pas que les frères ennemis se livrent à des accolades circonstancielles. Néanmoins, les Béninois auront droit à des sourires et peut-être à des rires. De 2019 à ce jour, de l’eau a coulé sous le pont. Comme ce fut le cas entre 1991 et 1996 où Nicéphore Soglo a reçu son prédécesseur feu Mathieu Kérékou ; entre 1996 et 2006 où feu Mathieu Kérékou a reçu Nicéphore Soglo ; entre 2006 et 2016 où Boni Yayi a reçu ses prédécesseurs feu Mathieu Kérékou et Nicéphore Soglo, l’opinion pourra enfin assister à une rencontre à huis clos entre Patrice Talon et Boni Yayi. Ces images d’apaisement habituelles dans les grandes démocraties manquaient au peuple béninois. Il faut gager qu’un nouveau soleil s’est levé ce jour. Même si cela n’intervient qu’au cours de son second mandat, Patrice Talon pourra enfin se targuer d’avoir reçu ses prédécesseurs. Nicéphore Soglo a déjà eu droit à cet honneur à plusieurs reprises. Boni Yayi recevra le sien ce jour. Il était temps.





Dans la même rubrique