Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Fin de la crise au PSD, quel avenir politique pour Emmanuel Golou ?

JPEG - 71.9 ko

Le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou, a enfin rendu son verdict dans la crise qui secoue le PSD. Après maints reports, la justice vient de donner raison au camp Ebo. Désormais l’aile Amoussou contrôle le PSD et oblige Emmanuel Golou à reconsidérer son avenir politique.
C’est Clement EBO qui est reconnu comme seul président du PSD. Ainsi en a décidé le tribunal de Cotonou. Isolé déjà depuis l’organisation du congrès du parti , Emmanuel Golou perd donc définitivement la face dans ce procès qui aura duré plus d’un an. En effet , tout a commencé après que les trois vice-présidents du parti, ont saisi l’ex Président par exploit d’huissier, lui rappelant la mise en œuvre des décisions du Bureau politique National, à l’issue de la rencontre du 23 Février 2017 .
L’Aile Amoussou qui dénonçait la gestion approximative du parti par Emmanuel Golou reprochait a ce dernier, la prise de décisions hasardeuses et solitaires. La suspension des présidents de fédérations du parti dans trois départements, à savoir le Couffo, le Littoral et L’Ouémé a été la goutte d’eau qui a débordé le vase. Une mesure unilatérale, selon un proche du parti, qui souligne que Emmanuel Golou a méprisé les statuts du PSD, et trafiqué les textes. Les membres du Bureau ont donc organisé un nouveau congrès autorisé par la justice et choisi un nouveau président. Quelques mois plus tard, la justice donne enfin raison à l’aile Ebo et scelle le sort de Emmanuel Golou.
Véritable ovni politique, le président déchu du PSD devra voler de ses propres ailes. Après avoir surfé sur la popularité de Bruno Amoussou , Emmanuel Golou va devoir se battre dans l’arène politique à quelques mois d’une élection capitale. Sans parti politique et entouré de quelques amis , il aura fort à faire dans une région ou Bruno Amoussou règne toujours en maître. Après ses choix hasardeux en 2016 à la veille de la présidentielle, ou il a fait l’option de soutenir Sébastien Ajavon contre la volonté d’une partie du bureau politique du PSD, il devra déterminer son avenir. Son éjection du PSD , annonce déjà peut être la fin sa carrière politique internationale au sein de l’Internationale socialiste.

4-09-2018, Arnaud DOUMANHOUN


CHRONIQUES

En vérité : Et la Lépi 2018 fut !
17-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Salve d’applaudissements pour le Cos-Lépi. Pour une fois, les députés commis à la tâche d’actualisation du fichier électoral ont accompli leur mission (...) Lire  

Editorial : Faites comme au Togo !
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Le temps des débats d’idées
16-01-2019, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Quitus pour candidater !
16-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Editorial : Une référence malgré tout !
15-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : De la parole à l’acte !
15-01-2019, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3030

Gestion de la campagne de transhumance 2018-2019 : Le Conseil (...)
17-01-2019, Arnaud DOUMANHOUN
La Police républicaine ne sera pas seule à faire face à l’épineux problème de la transhumance notamment pour le compte de (...)  

Réserves sur l’impartialité de la Cena permanente : Yayi remet en (...)
17-01-2019, Angelo DOSSOUMOU
Il voit le mal partout. Depuis qu’il n’est plus aux affaires, l’ancien président Boni Yayi a chaussé ses godasses (...)  

Litige domaniale à Womey (Abomey-Calavi) : Des mesures (...)
17-01-2019, Arnaud DOUMANHOUN
Faire procéder à toutes investigations destinées à établir la régularité des titres de propriété en présence et prendre (...)  

Procès Icc-services : La vérité des chiffres et les déboires de (...)
16-01-2019, La rédaction
La 16e journée du procès Icc-services a été marquée essentiellement par la suite de la déposition de Sévérine Lawson. (...)