Gestion du Bénin sous la rupture : Le Rassemblement des cadres et leaders de l'Epmb apprécie et recommande

Karim O. ANONRIN 14 décembre 2020

Les membres du Rassemblement des cadres et leaders de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin (Epmb) ont organisé le samedi 12 décembre 2020 une journée de réflexion sur l’état de la Nation béninoise cinq ans après la gouvernance du régime du ’’nouveau départ’’ et les aspirations subséquentes. Sanctionnée par une déclaration finale, la journée a été pour les participants, l’occasion de s’imprégner des grandes avancées connues par le Bénin depuis 2016 à travers une communication présentée par le Docteur Achille Moïse Houssou du Bureau d’Analyse et d’Investigation (Bai) à la présidence de la République, des motifs d’insatisfaction à travers une communication présentée par Me Brice Houssou, Avocat au Barreau de Cotonou et membre de la société civile. Dans la déclaration finale lue par le président du Rassemblement des cadres et leaders de l’Empb, le Professeur Jean-Claude Hounmènou, il y a un appel à la consolidation méthodique des avancées positives connues par le Bénin ces dernières années aux plans politiques, économique, institutionnel, environnemental, social et sécuritaire, à une plus grande ouverture de l’espace politique sans remettre en cause la philosophie de la base de la réforme du système partisan, le réajustement de la gouvernance du secteur de l’éducation, la réhabilitation de la fonction publique par la formalisation et la systématisation du recrutement annuel dans l’administration publique. Il faut noter que la journée de réflexion a connu la présence du président de l’Epmb, le Rév. Kponjésu Amos Hounsa et de l’ancien président de la même Eglise, Moïse Sagbohan.

(Lire ci-dessous l’intégralité de la déclaration du Rassemblement des cadres et leaders de l’EPMB)

RASSEMBLEMENT DES CADRES ET LEADERS PROTESTANTS METHODISTES DU BENIN
DECLARATION SUR L’ETAT DE LA NATION BENINOISE APRES CINQ ANS DE GOUVERNANCE DU REGIME DU NOUVEAU DEPART
ET LES ASPIRATIONS SUBSEQUENTES

Nous, cadres, personnalités et leaders protestants méthodistes du Bénin,
Après la Journée de Réflexion qui nous a réunis le samedi 12 décembre 2020 ;
Considérant les dispositions de l’article 5 des Statuts du Rassemblement des Cadres et Leaders Protestants Méthodistes, assignant au Mouvement comme l’un de ses objectifs principaux, de contribuer aux grands débats sociétaux, citoyens et politiques, qui engagent la vie et l’avenir de la Nation béninoise, en vue de promouvoir l’éthique, la justice et la paix dans la société ;
Considérant que notre pays, le Bénin, se trouve à nouveau à un tournant décisif de sa marche socio-politique à l’heure de l’évaluation du mandat présidentiel entamé en Avril 2016 par le régime du Nouveau Départ, et à la veille d’une nouvelle échéance électorale présidentielle capitale ;
Soucieux d’éclairer le Peuple de Dieu et la Communauté nationale sur les enjeux des temps à venir ;
Après avoir analysé les différentes dimensions et les effets de la gouvernance de notre pays, depuis l’avènement au pouvoir du régime du Nouveau Départ,
Avons décidé de rendre publique, la présente Déclaration solennelle.
1- DES GRANDES AVANCEES CONNUES PAR LA NATION DEPUIS AVRIL 2016
Une observation attentive, honnête et responsable de la marche du Bénin depuis Avril 2016, permet de noter que le pays a connu des avancées significatives, dans maints domaines, qu’il s’agisse des plans politique, socio-économique, culturel, technologique, sécuritaire, humain, environnemental, ou même spirituel-religieux.
Sur le plan politique, nous saluons l’ambition des autorités gouvernementales de créer les conditions de l’unification politique du pays, à travers la grande réforme du système partisan, qui a permis à coup sûr, d’amorcer une meilleure clarté, et une plus grande lisibilité du paysage politique du Bénin.
Nous nous réjouissons également des actions allant dans le sens du renforcement des Institutions, notamment la Création de la Cour des Comptes, la modernisation et l’extension de la carte judiciaire, la modernisation de l’Administration publique, à travers l’amélioration de la gestion de l’état-civil, la dématérialisation de plusieurs services publics grâce aux efforts de domestication de la technologie numérique, et l’opérationnalisation de la Réforme de l’Administration territoriale, à travers la création de six nouveaux départements, en plus des six qui existaient.
Nous avons noté de même avec bonheur durant ces cinq dernières années, la restauration effective de l’autorité de l’Etat, qui a eu pour effet bénéfique de réduire sensiblement la prévalence de la corruption dans le pays.
Sur le plan socio-économique, beaucoup d’actes ont été posés par le régime du Nouveau Départ, qui vont dans la bonne direction, à savoir la rationalisation de la gestion des Finances publiques, l’amélioration de la gestion du patrimoine économique de l’Etat, la mise en œuvre d’une politique efficace de renforcement des capacités de collecte des ressources fiscales et douanières, toutes choses qui valent au Bénin d’être salué par les Institutions compétentes régionales et internationales, pour la qualité et la sûreté de sa gouvernance économique, malgré les obstacles géopolitiques.
Toujours sur le plan socio-économique, nous félicitons le régime pour les résultats consistants obtenus par le pays dans le secteur de l’Agriculture, et les grands progrès réalisés dans la maîtrise du facteur déterminant de développement industriel qu’est l’énergie électrique.
Dans le domaine de la gestion de l’environnement et du cadre de vie, nous reconnaissons les efforts déployés par le Gouvernement pour transformer physiquement le pays, et améliorer le confort de mobilité des populations, par la réalisation à haute intensité des infrastructures routières urbaines, inter-urbaines et inter-Etat.
Sur le plan social, nous reconnaissons que le pays a connu durant ces cinq dernières années, de réelles avancées dans les secteurs de la santé, de l’accès des populations à l’eau potable, et de la stabilisation de l’accès des enfants des zones défavorisées à l’Education, par l’extension à grande échelle, du Programme national de cantines scolaires.
Nous nous devons de reconnaître aussi que la jouissance du droit à la santé, du droit à la justice, ainsi que du droit à une éducation sans discontinuité, ont été grandement facilités par l’encadrement de l’exercice du droit de grève.
Nous nous réjouissons également des politiques mises en œuvre pour faciliter une plus grande autonomie des femmes des couches populaires sur le plan économique, et l’accès progressif des populations aux services d’assurance de santé.
Au plan de la sécurisation des personnes et des biens, il y a également beaucoup de motifs de satisfaction, fruit de la création de la Police Républicaine, issue de la fusion des anciennes police et gendarmerie nationale.
Enfin, last by not least, nous apprécions à un haut niveau, le rôle joué par le Gouvernement du Nouveau Départ au cours des dernières années, pour faciliter l’exercice du droit des citoyens à la vie religieuse et spirituelle dans la paix, la concorde, l’harmonie, le respect de l’ordre et des lois de la République. C’est le lieu pour nous, de réitérer notre profonde gratitude au Président de la République, pour la part personnelle et salutaire qu’il a prise sous l’inspiration divine, dans la réconciliation et la réunification de la grande famille des chrétiens protestants méthodistes du Bénin.

2- QUELQUES MOTIFS D’INSATISFACTION
Cependant, l’évaluation de la gouvernance du Bénin ces cinq dernières années, sous le régime du Nouveau Départ, fait apparaître aussi malheureusement, quelques motifs d’insatisfaction relative, notamment dans les domaines politique, éducatif et de la gestion de l’Administration publique.
Sur le plan politique, l’ambition du Gouvernement d’unifier le pays sur le plan politique, en facilitant l’émergence de grands blocs politiques grâce à la réforme du système partisan, a donné l’impression d’engendrer comme effet pervers, une restriction de l’espace politique, apparemment au détriment des forces politiques se réclamant de l’opposition.
Dans le domaine de l’Education Nationale, les choix de politique opérés n’ont pas toujours présenté les garanties de pertinence, de cohérence et d’efficacité attendues, notamment dans le secteur de l’Enseignement du second degré, où l’institutionnalisation de l’aspiranat comme solution au problème de manque de ressources humaines enseignantes, ne semble pas forcément être un gage de qualité.
Enfin, dans la gestion de l’Administration publique, il semble que toute l’attention requise n’ait pas été accordée à la dotation de notre Fonction Publique nationale, de la quantité de ressources humaines de qualité dont elle aurait besoin, pour jouer efficacement son rôle au service de l’Etat, ce qui ne va pas sans avoir d’effets pervers sur l’emploi des jeunes diplômés des centres de formation et des universités.
3- ASPIRATIONS ET PERSPECTIVES SUBSEQUENTES
Par conséquent, pour le prochain quinquennat, s’il plaît que Dieu renouvelle son mandat au régime du Nouveau Départ, ou quel que soit le cas de figure, nous souhaitons :
-  La consolidation méthodique des avancées positives connues par notre Nation ces dernières années, aux plans politique, économique, institutionnel, environnemental, social et sécuritaire ;
-  Une plus grande ouverture de l’espace politique, sans remettre en cause la philosophie de base de la réforme du système partisan ;
-  Le réajustement de la gouvernance du secteur de l’Education, dans le sens de plus de pertinence, de cohérence, de respect des fondamentaux de l’Education et d’efficacité ;
-  La réhabilitation de la Fonction Publique, par la formalisation et la systématisation du recrutement annuel d’un effectif conséquent de jeunes dans les diverses branches du Service public : Enseignement, Administration générale, Santé, Agriculture, Diplomatie, Finances, Administration territoriale, Administration du Travail, etc.
A Dieu soit la Gloire !
Porto-Novo, le 12 décembre 2020
Pour le Rassemblement, le Président,
Professeur Jean-Claude HOUNMENOU





Dans la même rubrique