Gilles AGOSSOU AKPA, Membre fondateur du Bloc Républicain : « Transformer Godomey en commune, c’est mon combat »

Adrien TCHOMAKOU 27 avril 2020

Godomey, le plus grand arrondissement du Bénin en terme de démographie a besoin de changer de visage. Gilles AGOSSOU AKPA, Membre fondateur du Bloc Républicain, candidat aux élections communales du 17 mai prochain, souhaite accompagner les efforts du Gouvernement à la base et dit se battre pour que Godomey devienne une commune.

Qu’est-ce qui vous a poussé à être candidat ?
Je suis candidat parce que le développement de ma localité me tient beaucoup à cœur. J’ai remarqué que ceux qui sont souvent à la tête de nos communes ne pensent qu’à leurs propres intérêts. La souffrance de la population ne leur dit rien. Moi, je suis quelqu’un de très sociable. Je vis le quotidien de habitants d’Abomey-Calavi en général, de Godomey en particulier. Il fallait que je me désolidarise de ceux qui gèrent cette commune pouvoir défendre les acquis de Godomey. C’est une localité composée de 49 villages, mais à voir son statut, vous allez remarquer que rien ne bouge. Je veux parler des infrastructures et beaucoup d’autres aspects.

On a constaté que le lotissement n’a jamais été achevé à Godomey. Pourquoi ?
Le problème des dirigeants de cette localité est de faire en sorte de léser la population. En matière de coefficient, ils réduisent les choses pour en tirer profit. Donc, cela explique le fait qu’il y a blocage quand les travaux de lotissement démarrent. Les acquéreurs se sentent lésés. C’est pour cela que le lotissement ne bouge jamais. Il faut souligner que, sans lotissement, il ne peut y avoir de route, ni de centre de santé, encore moins d’écoles. C’est surtout pour corriger le tir que j’aspire à ce poste de décision pour qu’on en finisse. Nous avons à la tête de ce pays un président de la République qui a des ambitions pour le Bénin. Il faut aussi des gens qui ont des ambitions, au lieu de ne penser qu’à leurs poches pour l’accompagner dans sa vision de transformer le Benin.

Que pouvez-vous dire au sujet des 4 ans de gestion du gouvernement du Nouveau Départ pour Abomey-Calavi ?
Ce qui m’a impressionné, ce sont les travaux réalisés dans le domaine de l’asphaltage. Vous devez remarquer que Godomey est transformé. Ce qu’on n’a jamais vu dans notre localité est devenu réalité. On voit des bitumes, des voies pavées. Si c’était le cas, on peut comprendre qu’on est habitué aux pavés. Il y a également l’électricité. On a des poteaux partout. Même dans les bas-fonds, il y a de poteaux. Le délestage est véritablement conjugué au passé. A Godomey, tout est éclairé. Les gens ont un accès facile à l’électricité. Au niveau de la sécurité, la fusion entre la police et la gendarmerie a permis de contrôler tous les coins dangereux de Godomey. Les braquages ont vraiment cessé. Je remercie le commissaire de Godomey qui travaille d’arrache-pied pour que la grande délinquance cesse dans notre localité. Les populations de Godomey sont plus ou moins en paix. En matière de microfinance, on constate que les femmes s’en sortent très bien, ceci sans tapage médiatique. Je ne peux pas citer tout ce que le chef de l’Etat a fait pour Godomey. Il y a encore d’autres choses à faire.

Quelles sont vos ambitions ?
J’ai avant tout une doléance. Vous savez que Godomey est constitué de 49 villages. Je crois que le Chef de l’Etat peut nous aider à transformer cette localité en commune. Je veux faire cette bataille spécialement. Je vais demander à nos députés d’introduire une loi qui va permettre de transformer l’arrondissement de Godomey en commune. C’est une localité pourvoyeuse de richesse pour la commune d’Abomey-Calavi. Mais je ne sais pas pourquoi elle est laissée pour compte. Quand on prend le budget annuel de la mairie d’Abomey-Calavi, Godomey participe aux 2/3. Mais on ne sent rien en retour. Je ne sais pas si c’est la mauvaise volonté des autorités communales. Il faut tout de même que la richesse soit partagée. Ces autorités s’arrangent donc pour que Godomey ne profite pas de cette richesse. Comment peut-on produire et ne pas en jouir ? en dehors des actions du Gouvernement, vous allez constater que rien ne bouge en matière de marché, ni d’infrastructure routière. Je vais donc là-bas pour rétablir la justice. Nous n’avons pas un marché digne du nom. Je vais lutter pour qu’on ait un marché imposant à Godomey. On ne va pas attendre le pouvoir central avant d’avoir un vrai marché. On vient prendre les impôts et patentes auprès de nos bonnes dames, mais en retour, on ne fait pas ce qu’on doit faire.
On n’a pas de centre de loisir pour la jeunesse. Les jeunes sont devenus oisifs. Donc, je vais là-bas réorganiser les choses. Il faut qu’on pense d’abord à l’éducation. J’ai beaucoup d’ambition pour mon arrondissement. Quand je serai élu, vous verrez la transformation à Abomey-Calavi et Godomey.

Voulez-vous dire que les dirigeants de l’arrondissement de Godomey asphyxient les efforts du Chef de l’Etat ?
Bien sûr ! Les dirigeants actuels asphyxient les efforts du Gouvernement. La dynamique du Chef de l’Etat n’est pas accompagnée par les autorités communales. On ne voit pas les mouvements du maire. On ne le voit pas parcourir les arrondissements, les quartiers pour s’enquérir des difficultés des populations. Nous avons besoin d’un maire dynamique, qui sera à l’écoute de la population.

Vous avez été président des jeunes de Godomey
Bien sûr ! Je le suis jusqu’à présent. Quand je serai conseiller communal, et quand je serai en fonction, je peux laisser place à d’autres personnes. C’est la jeunesse qui va voter. Pour les 4 autres formations politiques, il y a péril en la demeure. Malgré le fait que la campagne n’a pas encore démarré, ils savent déjà qu’il y aura un vrai classico. La jeunesse est derrière moi, moi de même. J’aime aussi la culture. Godomey est une cité du vodoun. Je suis souvent avec tous les dignitaires vodoun. J’ai également le soutien des vieux. Je fais un clin d’œil aux femmes.

Sur le plan social, vous êtes aussi actif. L’année dernière, vous avez donné les vivres aux orphelins. Pourquoi cet engagement social ?
Je suis de nature philanthrope. A chaque fin d’année, je réunis les enfants démunis afin de festoyer avec eux, de les égayer. Ce sont des occasions où je partage des instants de joie avec ces enfants. C’est mon habitude et je continuerai à le faire. Je vais plutôt redoubler d’ardeur. Quand on va aux affaires, on essaie de faire mieux.

Qu’aimez-vous dans la vie ?
J’aime la joie autour de moi. Je suis un homme qui aime la paix. J’aime semer la joie autour de moi. Quand je gare ma voiture, tout le monde peut s’approcher de moi. Je suis très abordable.

Un mot à l’endroit des jeunes de Godomey et toute la population d’Abomey-Calavi
Je suis déjà très connu des jeunes. J’organise régulièrement les tournois de football, de pétanque, de belotte au profit de la jeunesse de ma localité. Je n’ai jamais cherché à être candidat. Mais par la force des choses, je suis devenu candidat. Au bloc Républicain, je promets le feu. Nous ne sommes pas encore en campagne. Je n’ai pas attendu la politique avant d’être à l’écoute de la jeunesse. Je sais que, en son temps, je ne vais pas me gêner, surtout qu’il n’y aura de campagne et de regroupement. C’est le fils du terroir et ce sont les élections de proximité.
Pour finir, je vais remercier le Chef de l’Etat pour les efforts qu’il mène par rapport à la gestion de la pandémie du Coronavirus malgré nos maigres ressources. C’est à saluer. Je demande à population d’écouter les consignes édictées par le gouvernement, de porter leurs masques, de respecter la distance de 1 mètre pour que cette pandémie ne se propage davantage.
Propos recueillis par Adrien TCHOMAKOU





Dans la même rubrique