Grandes tendances des législatives au Bénin : La mouvance majoritaire, Patrice Talon obtient les ¾ des députés au parlement

12 janvier 2023

La Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) a livré ce mercredi 11 janvier 2023 les grandes tendances issues du scrutin du dimanche 08 janvier dernier. La mouvance décroche 81 sièges contre 28 pour l’opposition. L’Union Progressiste reste majoritaire au parlement avec 53 sièges. Son allié, le Bloc Républicain obtient 28 sièges à égalité avec le seul parti de l’opposition, Les Démocrates.
Patrice Talon n’aura pas du mal à gouverner au cours des trois prochaines années. Il se sauve d’éventuels blocages parlementaires grâce à la victoire aux législatives des partis politiques qui soutiennent ses actions. Le chef de l’Etat pourra compter sur 81 députés soit les ¾ pour poursuivre ses réformes. Le message populaire a également donné un quitus à la gouvernance du président Talon avec plus de 1.650.000 suffrages soit plus de 66% exprimés en faveur des partis de la mouvance qui ont battu campagne sous le vocable de la continuité des réformes du pouvoir.

L’Union Progressiste, le parti le plus grand...
L’Union Progressiste, le parti le plus grand et le plus ancré sur le territoire national
Ils étaient 7 partis engagés dans la compétition électorale mais 3 seulement ont existé ayant obtenu plus de 10% pour lever les sièges conformément au code électoral. Avec 53 sièges, le parti Union Progressiste le Renouveau (UPR) conserve son hégémonie sur le territoire en manquant de 2 sièges la majorité absolue. Ensuite suivent avec le même nombre de députés, le Bloc Républicain de la mouvance présidentielle et Les Démocrates de l’opposition qui obtiennent chacun 28 sièges. Le parti du baobab auréolé de plus de 900.000 voix a assis sa domination dans 14 circonscriptions électorales du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest contre 6 pour les Démocrates et 4 pour le Bloc Républicain. L’UPR est non seulement le plus grand parti mais également le plus encré sur le territoire national. Il est sorti premier dans 3 circonscriptions électorales sur 8 au Nord, 2 circonscriptions sur 4 au Centre, 2 sur 4 au Sud, à l’Ouest, le parti règne dans les 4 circonscriptions et une seule lui échappe à l’Est.

Le BR en perte de vitesse
En 2019, le Bloc Républicain devenait la deuxième force politique du pays avec 36 députés sur 83 au terme des législatives qui l’ont opposé à l’UP. Malgré une augmentation du nombre de sièges à 26, le BR a dégringolé passant à 28 élus parlementaires. Le parti du cheval blanc cabré a galopé à reculons en étant le parti qui a le plus souffert de la participation du parti Les Démocrates. Autrefois intenable dans le Nord en l’occurrence dans le Borgou et la Donga, le BR a été pratiquement absent ne gardant son leadership que dans la Donga où il a été rivalisé par le parti de l’opposition. Qui l’aurait cru ? Le BR qui prend juste un siège sur 6 dans la 8ème circonscription avec la défaite surprise du taulier politique Rachidi Gbadamassi positionné deuxième titulaire qui pourra prendre sa retraite après 20 années passées au parlement. Le BR a également perdu des plumes dans les Collines au profit des Démocrates qui sont sortis vainqueurs dans les 9ème et 10ème circonscription électorales. C’est le cas dans la 15ème circonscription électorale où Alimatou Badarou tête de liste ne pourra pas siéger au parlement et dans la 16ème, seule Chantal Ahyi est élue. Les dispersions de voix dans le Couffo et le Mono ont privé le BR de plusieurs élus. Le Cheval Blanc Cabré est en perte de vitesse au terme de ces législatives.

Le parti Les Démocrates, première force de l’opposition
Le parti Les Démocrates est la surprise de cette élection. Pour sa première participation, le parti sera bel et bien présent au parlement. Il fait mieux en rivalisant avec un parti de la mouvance, le Bloc Républicain en faisant une percée remarquable avec 28 élus. Le parti de la flamme allumée a surtout remporté les suffrages dans les plus grandes villes du Bénin à savoir Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi et Parakou. Il s’impose comme deuxième force politique avec le Bloc Républicain et pourra porter sa voix dans les débats parlementaires contrairement à 4 autres partis qui n’ont pas pu atteindre la moitié des 10% requis pour lever de sièges. Etant inscrit comme parti de l’opposition, le leader du parti Les Démocrates pourrait rivaliser pour s’offir le prestigieux statut de chef de file de l’opposition puisqu’il sera la seule force de l’opposition au parlement.

FCBE descendu de son piédestal
FCBE descendu de son piédestal, le poste de chef de file de l’opposition en sursis
La Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) est la plus grande déception de ces élections législatives. Troisième force politique du pays et seul parti de l’opposition ayant d’élus, elle n’a pu mieux faire que 4% largement insuffisants pour avoir de nouveaux élus au parlement. L’ex-parti de Boni Yayi ne rejoindra pas l’Assemblée Nationale après avoir quitté en 2019. C’est un score minable pour un parti qui a longtemps régné en maitre sur l’échipier politique pendant plus de 10 ans. Il y a encore à peine 2 ans, le parti présentait un candidat à la présidentielle qui a réussi à franchir la barre des 10% en 2021. Malgré ce duo de présidentiables encore présent la liste a été sèchement battue dans leurs circonscriptions respectives. Paul Hounkpè, Secrétaire Exécutif National de la FCBE et Alassane Djimba, président d’honneur sont emportés par la flamme des Démocrates. La FCBE perd ainsi son éclat et est relegué au dernier rang au même titre que MOELE-Bénin, MPL et UDBN qui ont à peine existé avec au plus 2%. Seule la Cour habilitée à donner les résultats définitifs pourrait attester les différents scores affichés par chaque parti en compétition.
Ange M’poli M’TOAMA





Dans la même rubrique