Indépendance énergétique : Le Bénin règle ses factures à la Ceb

Arnaud DOUMANHOUN 28 janvier 2020

Changer de paradigme. La politique énergétique du Bénin depuis l’avènement du régime du Nouveau départ est porteur d’espoir. « Nous avons pu doter notre pays d’une centrale thermique de 127 MW sur le site de Maria-Gléta. Ceci a permis de régler les difficultés de délestage. La construction de cette centrale et d’autres à venir permet au Bénin d’assurer une autonomie énergétique », a affirmé vendredi dernier, le ministre de la communication, Alain Orounla, avant d’expliquer qu’en moins de deux ans, le gouvernement a remboursé toute la dette qu’il avait à l’égard de la CEB soit une ardoise de 65 milliards Fcfa cumulées sur des décennies. « … Nous ne devons plus rien et nous avons en cours de financement, des projets de centrales… », Insiste Alain Orounla.
C’est dire que la politique publique en matière d’énergie à changer de visage. Mieux, les fruits tiennent la promesse des fleurs. En effet, le 6 décembre 2018, à l’occasion du 1er Sommet international sur l’électricité en Afrique, le ministre de l’énergie, Jean-Claude Houssou indiquait l’ambition du gouvernement béninois va au-delà de l’autonomie énergétique du pays et vise des excédents destinés au marché ouest-africain de l’énergie. Ainsi, de 0 %, le Bénin est passé à la production de 25 % de ses besoins en énergie électrique en trois ans, avec la construction de la centrale thermique 127 Mw de Maria-Gléta.
Jean-Claude Houssou annonçait que les réformes et ambitieux projets énergétiques lancés par l’exécutif béninois depuis 2016, permettront d’installer 500 MW de capacités d’énergie électrique à l’horizon 2023 ; une montée en puissance d’énergie renouvelable de presque 33% en 2020 et 44% dans cinq ans. Aussi, en 2023, dans le mix-énergétique ; une capacité additionnelle de 370 MW d’énergie propre et moins chère fut projetée à l’horizon 2025.





Dans la même rubrique