Jacques Migan au sujet de la decision du mcc : « Rien n’arrêtera la marche du Bénin vers le progrès »

La rédaction 21 décembre 2021

La décision prise par le Millénium Challenge Corporation concernant le Bénin après les condamnations prononcées par la CRIET contre les prévenus Joël Aivo et Reckya Madougou continue de susciter des réactions. Pour Me Jacques A. Migan, en agissant ainsi, l’Amérique est prise en flagrant délit d’ingérence politique dans le fonctionnement d’un organisme indépendant.

Le Conseil d’administration du Millenium Challenge Corporation (MCC) a décidé de « réduire de manière significative la part de l’investissement régional qui sera faite au Bénin » dans le cadre du Programme d’intégration régional financé par le MCC. Quelle est votre lecture de cette décision ?
Bien que la décision de réduire de manière significative la part du Bénin dans le prochain investissement régional, ait été prise dans une période qui est conforme aux règles
de fonctionnement du MCC (décembre étant le mois de sélection des pays éligibles aux différents compacts ou dons), celle-ci ne peut être détachée de la position exprimée la veille par le Département d’Etat américain sur l’actualité judiciaire béninoise. En effet, dans un communiqué publié le 13 décembre 2021 sur les récentes condamnations de M. Joël Frédéric AIVO et de Madame Réckya MADOUGOU, la diplomatie américaine relevait ce qu’elle considère comme étant « l’ingérence politique dans le système judiciaire pénal du Bénin ». Il existe un lien entre ces deux faits susmentionnés, quand bien même le second est un jugement de valeur inadmissible de l’administration américaine sur le fonctionnent de l’appareil judiciaire d’un Etat indépendant.

Pouvons-nous imaginer un seul instant la réciprocité ?
Si le ministère des affaires étrangères du Bénin critique officiellement la justice américaine, la Maison Blanche verra cela comme un scandale, un affront et une attaque à la dignité du peuple américain. C’est exactement ce que les Béninois ont ressenti à la lecture de ce communiqué. Mais, le problème ne se situe pas à ce niveau. Le problème, c’est qu’en agissant ainsi, l’Amérique sous l’administration BIDEN est prise en flagrant délit d’ingérence politique dans le fonctionnement d’un organisme indépendant. En
effet, le conseil d’administration du MCC, bien que présidé par le Secrétaire d’Etat et le Secrétaire au trésor, a été conçu dans l’esprit de la logique ayant conduit à la mise en place du MCC en 2004 pendant la présidence BUSH (Georges BUSH le fils), comme un
organisme technique indépendant, qui sur la base de 22 indicateurs de politiques indépendants, sélectionne les pays en développement, susceptibles de bénéficier des différents compacts, c’est-à-dire subventions ou dons, dans le cadre des financements MCC. L’influence excessive du politique a fini par compromettre l’indépendance acquise de cet emblématique organisme qui ne devrait rendre compte qu’au Congrès.

Selon le conseil d’administration du MCC, sa décision est motivée par le déclin de l’engagement du Bénin vis-à-vis des critères d’éligibilité et de la gouvernance démocratique, ce ne sont quand même pas des motifs à prendre à la légère, qu’en pensez-vous ?
La question principale que l’on est en droit de se poser à l’analyse de cette décision est de savoir : pourquoi le conseil d’administration du MCC n’est-il pas allé dans le sens de l’inéligibilité. Les administrateurs du MCC ne pouvant aller dans cette direction très risquée pour eux sur les questions de droit et d’objectivité, ont créé une option plus facile qui consiste à diminuer drastiquement ce qui lui revient dans l’investissement régional. La décision y afférente est donc subjective. Elle est surtout émotive parce que fondée sur une appréciation malsaine de l’actualité judiciaire béninoise et approximative parce que déconnectée des principes habituels de fonctionnent du MCC. En effet, les 22
indicateurs de politiques indépendants sur la base desquels le conseil d’administration du MCC est censé lier la sélection, vont de la liberté économique, à l’investissement dans le capital humain en passant par la gouvernance démocratique. En ce qui concerne la libertééconomique, les réformes engagées par le Bénin pour améliorer leclimat des affaires, ont produit des résultats si élogieux, avec des dizaines de milliers d’entreprises créées chaque année suivant une procédure rapide et simplifiée. Relativement à l’investissement dans le capital humain, le Bénin, c’est quand même le pays du projet
ARCH (Assurance pour le Renforcement du Capital humain), un projet de plus de 300 milliards de francs CFA qui offre gratuitement une assurance santé à plus de 6,5 millions d’extrêmes pauvres. Si la transparence est le cœur de la gouvernance démocratique, si le budget est le socle de l’action publique, un pays comme le Bénin sacré 1er de toute l’Afrique francophone en matière de transparence budgétaire en 2019 et auréolé du titre de meilleure gouvernance économique en Afrique la même année par la Banque Africaine de développement (BAD), ne peut être objectivement pris à défaut sur
la gouvernance démocratique. Au Bénin, il n’y a aucun déclin de la gouvernance démocratique. Bien au contraire, depuis 2016, avec l’arrivée au pouvoir du visionnaire Patrice Talon, cette gouvernance démocratique est constamment consolidée et rendue productive au Bénéfice des Béninoises et des Béninois.

Les autres pays à savoir le Burkina- Faso, la Côte d’Ivoire et le Niger, qui ont été déclarés éligibles au même titre que le Bénin, auront l’intégralité de leurs parts respectives du financement régional accordé par le MCC, cela ne risquera-t-il pas de retarder le développement du Bénin par rapport aux autres pays ?
Il est regrettable que, le politique américain en influençant négativement les prises de décision d’un organisme technique, place les Etats-Unis dans une position délicate, quant à leur responsabilité internationale en matière de protection et de promotion des droits de l’homme et des peuples. Tous les peuples du monde aspirent au Développement et l’égalité des chances de développement des pays de la planète est un droit que l’administration américaine est censée promouvoir partout où elle agit dans le monde. L’investissement régional en vue au profit du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Bénin, dans le cadre des prochains dons du MCC, devrait contribuer au développement de chacun de ces pays par l’intégration régionale, l’objectif du MCC étant de réduire la pauvreté par la croissance. En décidant de réduire
la part de cet investissement fait au Bénin, les Etats Unis ont posé un acte qui consacre la rupture de l’égalité des chances de développement entre les peuples de ces 4 pays et ce, au détriment de celui béninois seul, même si les raisons qui sous-tendent ladite
décision étaient objectives, a fortiori pour des prétextes fallacieux et révoltants.

Maintenant que le Bénin est amputé d’une bonne part des subventions accordées par le MCC, que deviendra le Programme d’Actions du Gouvernement adopté mercredi en conseil des ministres ?
L’argent du MCC provient du contribuable américain et le conseil d’administration du MCC est libre de le répartir comme bon lui semble. Depuis plus de 5 ans, le Bénin a une signature très crédible et très respectée dans les milieux financiers internationaux. Le gouvernement du Président Patrice Talon a développé une extraordinaire capacité de mobilisation de ressources pour financer le développement du Benin et n’a pas fait des dons ou compacts, une source absolue ou unique de financement du Programme d’Actions du Gouvernement. Récemment, sur le marché financier régional, le Bénin a anticipé le remboursement de plusieurs milliards d’emprunts, se faisant ainsi des économies sur les intérêts non échus. C’est la marque des gouvernements qui conduisent leurs peuples au développement. Et rien n’arrêtera la marche du Bénin vers le progrès.





Dans la même rubrique