Législatives 2023 et majorité dans le prochain parlement : L’UPR et le BR en avance sur la ligne de départ

25 novembre 2022

Au fur et à mesure que s’approche l’échéance du 08 janvier 2023, les appétits s’expriment ; de même que les pronostics les plus optimistes voire risqués pour certains. Une analyse froide et réaliste tend tout de même à accréditer que le BR et l’UP le Renouveau ont un avantage certain sur les autres partis politiques en lice.
Alors que l’on pourrait croire que la participation des démocrates aux élections législatives de janvier prochain pourrait nuire aux partis soutenant les actions du Chef de l’Etat, une analyse minutieuse du paysage politique vient pondérer cette crainte et c’est plutôt vers une confirmation de l’ancrage de ces deux partis dans le tissu politique que l’on avance.
Tous les démocrates du monde saluent la participation prochaine de toutes les tendances politiques aux consultations électorales à venir. En effet, du fait d’un jusqu’auboutisme de mauvais aloi qui les a conduits à ne pas se conformer aux lois de la République, les partis de l’opposition n’étaient pas sur la ligne de départ des élections législatives de mars 2019. Et cela avait donné un goût amer à ces consultations électorales. La suite, tout le monde la connaît. Un parlement avec deux formations politiques le BR et l’UP. Il ne pouvait en être autrement puisque le "out put" dépend du "in put". Seules ces deux formations politiques avaient satisfait aux exigences de la loi.
Quatre ans plus tard, tout le monde a compris la leçon et chacun a mis les petits plats dans les grands pour être au rendez-vous électoral.
Donc sur la ligne de départ des partis tant soutenant les actions du président de la République que ceux aux yeux desquels rien ne trouve grâce dans tout ce que Patrice Talon et son Gouvernement posent comme acte.
Dans une telle configuration, il se pose la question de savoir vers quel camp pourrait aller la faveur des électeurs ?
L’Union progressiste qui a ramassé l’ex Parti du Renouveau démocratique sur le chemin de sa croissance et le Bloc Républicain revigoré par de nombreuses adhésions ont profité de l’absence des partis de l’opposition pour écumer toutes les contrées du pays. Pas un village ou un quartier de ville dans lequel ces deux formations politiques ne disposent de structures. La danse des gamètes des cadres autour du pouvoir a profité à ces deux partis. Seuls quelques irréductibles ont pu traverser le désert pour attendre que les partis de l’opposition se conforment aux lois de la République.

Aussi, le bilan des actions du président Talon avec les résultats palpables qui laissent peu de béninois insensibles, a pu convaincre les sceptiques de départ qui ont fini par adhérer aux idéaux de la rupture et ont opté pour l’un ou l’autre des deux partis. Mieux, il est admis aujourd’hui que le Président Talon a mis le Bénin dans une bonne dynamique qui fait la fierté de ses filles et fils et même au-delà des frontières. De raisons suffisantes qui font dire à beaucoup d’observateurs qu’il faut lui donner les moyens d’aller plus loin.
Face au vide laissé par l’opposition et la conquête mètre par mètre des citoyens par les partis politiques de la mouvance présidentielle, il serait difficile aux démocrates de rattraper ces deux formations politiques avant Janvier prochain.
C’est dire que si la pluralité des opinions à venir au niveau de l’Assemblée nationale est à saluer, logiquement on sera en face d’une majorité large soutenant les actions du président Talon. Peut-être que c’est à l’échéance des élections générales de janvier 2026 que les pronostics seront ouverts. 2023 paraît plié déjà vraisemblablement





Dans la même rubrique