Législatives de janvier 2023 : Tout sur les grandes batailles dans les circonscriptions électorales

23 décembre 2022

Le top de la campagne pour les législatives du 08 Janvier 2023. Les partis politiques en lice ont 15 jours pour aller convaincre les populations de leur accorder leurs suffrages. Ils ont positionné leurs meilleurs éléments pour prendre le maximum de sièges à l’assemblée nationale. Les batailles s’annoncent épiques dans plusieurs circonscriptions électorales.

Des gladiateurs et des novices en course dans la 1ère circonscription électorale
La 1ère circonscription électorale sera l’une des plus suivies dans le nord à l’occasion de ces législatives. Elle sera le théâtre d’un combat de gladiateurs entre anciens alliés, anciens élus, et candidats qui remettent leur mandat. Mais à côté de ces dinosaures, il y a des nouveaux venus qui comptent bien reprendre le flambeau. Dans la liste des vieux briscards, le Bloc Républicain compte deux grosses cylindrés. Le très expérimenté Nassirou Arifari Bako conduit la liste du BR dans la 1ère circonscription électorale comprenant Malanville, Kandi et Karimama. Le candidat a été ministre des affaires étrangères sous Boni Yayi, député élu de l’opposition et de la mouvance toujours sous le régime du changement, il a vite rejoint la barque du nouveau départ et siège à la 8ème législature. Il est secondé sur la liste par un autre expérimenté. Issa Azizou, ancien député et ancien ministre de l’Agriculture sous Boni YAYI va également peser de tout son poids pour obtenir la majorité des 4 sièges en jeu dans cette circonscription. Comme troisième titulaire, c’est l’actuel deuxième adjoint au maire de Kandi Nouhoum Moussa Sambo qui se battra pour donner au parti une victoire écrasante. Mais le BR n’est pas le seul à disposer d’un capital expérience. Celui-ci peut être considéré comme le doyen de tous, Issa Salifou. Révélé au crépuscule du deuxième mandat du feu Général Mathieu Kérékou, l’ancien leader du G13 a été de toutes les vagues politiques au Bénin ces 15 dernières années. Ancien candidat à la présidentielle, il a tenu la chandelle en étant dans le carré de cette bataille électorale de 2011. Il est néanmoins placé comme deuxième titulaire de la liste de l’Union Progressiste Le Renouveau derrière un novice du grand monde, le cadre de l’administration, Labiou Amadou Djibril.

L’improbable 6ème circonscription électorale
La 6ème circonscription électorale constituée des communes d’Abomey-Calavi, de Zè et Sô-Ava est la plus grande du Benin. Avec une forte population, cette circonscription électorale compte 8 sièges à pourvoir. Elle est très convoitée et va être le théâtre de rudes batailles. Alors qu’elle est le bastion détenu par l’UPR, le BR va tenter de renverser la vapeur. Si le parti du baobab a fait le choix du renouvellement de ses candidats par rapport à la précédente législative, le BR mise sur la force et la fougue de sa jeunesse. Finissant avec la vieille classe politique, l’UPR a tout de même conservé l’expérience en plaçant le juriste et ancien ministre Victor Topanou qui sera entouré des hommes plus proches des populations tels que le conseiller de Godomey Brice Fagbemi, le maire de Sô-Ava, Jean Mejor Zannou et le député de Calavi Epiphane Honfo. La cavalerie du BR est conduite par le député sortant Nathanael Sokpoekpe avec derrière des stratèges et populaires Constantin Amoussou, Valentin Sokpin, et Cressan Agossou. Mais le face-à-face BR et UPR pourrait être brouillé par des invités surprise. Ainsi Hélène Oloussoumai, leader de la liste du parti Les Démocrates n’est pas connue mais la résonnance de son parti peut être un atout pour la candidate de l’opposition. Le porte-flambeau de l’Union pour Développement d’un Bénin Nouveau (UDBN), le batonnier Cyrille Djikui bénéficiera de sa prestance pour se positionner.

La grosse artillerie du BR face à l’équation Les Démocrates
Depuis 2016, la 8ème circonscription électorale est devenue la chasse-gardée de certains ténors de la mouvance dont ceux du Bloc Républicain en l’absence de l’opposition aux joutes électorales. Mais le retour de cette dernière dans la compétition crée déjà des tournures au parti du cheval cabré. C’est pourquoi, une grosse artillerie est sortie pour charger la cavalerie et faire barrage au retour des poulains de Boni Yayi. Trois députés et une ministre sont mandatés pour sauvegarder la suprématie de la circonscription électorale. Ainsi, la liste concoctée est conduite par le ministre Samou Seidou Adambi avec comme suppléant l’ancien maire Charles Toko. L’expérimenté et populaire député Rachidi Gbadamassi se positionne en deuxième titulaire devant le député Bio Bouko Sounon. La Députée Mariama Baba Moussa est la femme obligatoire de la liste. En face, l’UPR ne s’avoue pas vaincue avant la bataille avec le positionnement du Directeur Général de la Communauté Electrique du Bénin (CEB) Karimou Chabi Sika, ancien député comme 2ème titulaire. Le parti Les Démocrates qui s’invite dans la course jure par une écrasante victoire. En absence de candidats connus, le parti compte sur l’ombre de l’ancien président de la République Boni Yayi, président d’honneur et natif de la circonscription.

La 16ème circonscription électorale, objet de convoitise
C’est un prestige d’être élu dans la circonscription de la commune phare du Bénin. La 16ème circonscription l’émanation de Cotonou est objet de toutes les convoitises. La belle ville offre une opposition entre les partis politiques en lice pour les législatives mais deux présentent des candidats connus sur l’échiquier politique national. Dans la chapelle de l’Union Progressiste Le Renouveau, l’on a déployé une bonne partie du staff pour la conquête des sièges. Ainsi c’est le président du parti, Joseph Djogbénou qui conduit la liste avec comme suppléant son fidèle compagnon, le député Orden Alladatin. La liste UPR est bourrée de personnalités du régime telles le ministre des Sports Oswald Homéky, le député Patrice Nobimè et l’ancienne Directrice du COUS/AC, Christelle Houndonougbo. L’avocat aura une femme en face de lui sur la liste de l’autre parti de la mouvance. Le Bloc Républicain a confié le gouvernail à la députée Chantal Ahyi. Elle sera épaulée par des hommes de l’ombre à l’image de l’acteur culturel Euloge Beo Aguiar, de l’ancien député Léopold Gbenou et du professeur Auguste Vidégla. L’opposition est également présente dans la course avec des non moins connus. La Force Cauris Pour un Bénin Emergent a sorti de son cachot l’ancien ministre du général Mathieu Kérékou, Alain François Adihou. Quant au parti Les Démocrates, il compte créer la surprise en comptant sur la force populaire Joel Godonou, un proche de l’ancien président de la République et ancien maire de Cotonou, Nicéphore Dieu-Donné Soglo.

Les chefs de parti en test
Six des sept chefs de partis en lice sont positionnés pour la bataille des législatives. Cette fois-ci en dehors de l’UDBN, les autres généraux ne resteront pas en retrait pour simplement donner des ordres à leurs lieutenants mais ils iront au front. Cependant on n’aura pas droit à un face-à-face entre chefs de parti mais n’empêche, ils auront de l’adversaire aussi féroce. Dans la 5ème circonscription électorale, le président du parti Les Démocrates, Eric Houndété est tête de liste avec comme défi d’enlever le maximum des 6 sièges en jeu. Dans le centre du Bénin, le président du Mouvement des Elites Engagés pour le Bénin (Moele-Bénin), Jacques Ayadji conduit la liste du parti dans la 10ème circonscription électorale composée de Ouèssè, Glazoué et Savè. Non loin de là, Expérience Tèbè, le leader du Mouvement Populaire de Libération est le porte-flambeau du parti dans la 9ème circonscription (Dassa, Bantè et Savalou). Le Secrétaire Général National du Bloc Républicain, Abdoulaye Bio Tchané est lui-même candidat tête de liste dans la 14ème circonscription électorale à savoir Ouaké, Bassila et Copargo. Joseph Djogbenou de l’UPR et Paul Hounkpè, Secrétaire National de la FCBE conduisent les listes de leurs partis respectivement les 16ème et 18ème circonscription électorales. Pour rappel, seuls les partis qui auront réuni 10% des suffrages au plan national vont pouvoir lever de sièges dans les circonscriptions électorales.
Ange M’poli M’TOAMA





Dans la même rubrique