Les nouveaux membres du CES au grand complet : La médiation de Adidjatou Mathys a payé

La rédaction 17 juillet 2019

On tend progressivement vers la fin de la 5e mandature du Conseil économique et social. Le renouvellement des conseillers enclenché depuis quelques semaines est arrivé à terme. Du moins, la désignation a pu se faire dans les secteurs où la bataille est rude. C’est le cas des travailleurs représentés par les confédérations et centrales syndicales des travailleurs. L’implication du Ministre du travail et de la fonction publique Adidjatou Mathys a été d’une grande utilité.
Parmi les 30 conseillers de la prochaine mandature, Emmanuel Zounon de l’Unstb, Noël Chadaré de la Cosi-Bénin qui a été reconduit, Anselme Amoussou de la CSA-Bénin... Désignés pour représenter les travailleurs pendant cinq ans. A l’exception de Noël Chadaré de la Cosi-Bénin qui a été reconduit, les autres viennent remplacer Dieudonné Lokossou, Pascal Todjinou et Christophe Dovonon. Et ce n’est pas sans quelques remous autour de la représentativité de certaines centrales. En 2014, des élus ont dû donner de la voix pour revendiquer leur légitimité et réfuter les allégations faisant état de ce qu’il y aurait des irrégularités. Cinq ans après, la ministre du travail et de la fonction publique a joué sa partition pour que la désignation puisse se faire dans les règles de l’art dans ce milieu où la diversité de pensées est aussi récurrente que l’unité d’actions.
Les organisations d’artistes et d’animateurs culturels ont quant à eux choisi de renouveler leur confiance à Claude Balogoun. Le promoteur de Gangan production va donc poursuivre son séjour au sein du Ces. Dans le lot des conseillers, on retrouve le Général Soumanou Oké. Les employeurs, c’est-à-dire la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin et le Conseil national du patronat du Bénin (Cnpb) désignent chacun deux représentants. Les chercheurs, les professions libérales, les artisans, les fédérations sportives, les Ong désignent aussi chacun 2 représentants. 3 sont désignés par le Président de la République et 2 par le Bureau de l’Assemblée Nationale.
Le CES fonde donc ses prérogatives sur la Constitution du 11 décembre 1990 en ses articles 139, 140 et 141. L’institution donne son avis sur les projets de loi, d’ordonnance ou de décret, ainsi que sur les propositions de Loi qui lui sont soumises, notamment les projets de Loi de programme à caractère économique et social. Pour accomplir sa mission et ses différentes attributions, le Ces dispose de 30 membres ayant des compétences diverses liées au développement socio- économique. Une fois désignés, les conseillers de la 6e mandature seront installés dans quelques jours et le Président de l’institution sera connu avant le 1er août prochain.





Dans la même rubrique