Lutte contre la pêche illicite dans les deltas du Golfe du Bénin : Le Bénin, le Togo et le Ghana optent pour des actions conjointes

Fulbert ADJIMEHOSSOU 9 octobre 2019

Il est temps d’arrêter le pillage de la biodiversité. C’est le crédo du Collectif des Deltas du Bénin, une plateforme volontaire d’acteurs de terrain, ancrés dans des territoires et au contact des communautés locales au Bénin, au Ghana et au Togo. A l’atelier de partage d’expériences de surveillance maritime et côtière pour une lutte conjointe contre la pêche INN dans le Golfe du Bénin qui s’est ouvert ce mardi 08 octobre 2019 à Grand Popo, ils entendent développer des stratégies de gestion harmonisée des écosystèmes marins. « Nous avons voulu nous concentrer sur le Golfe du Bénin, avec le Togo, le Ghana et le Bénin. Le Golfe du Bénin dispose de spécificités de poissons, de lacs et de mangroves qu’il urge de préserver pour les générations présentes et futures. L’initiative vise une synergie d’actions entre ces trois pays », a souligné Kofi Agbogah, facilitateur du collectif des Deltas du Golfe de Guinée. Cet atelier offre donc un cadre de réflexion sur les meilleurs mécanismes de mise en œuvre des divers instruments de lutte contre la pêche illicite. Chaque pays a présenté son système de surveillance de la pêche maritime et des faiblesses. Occasion pour le Bénin de revenir sur l’Opération Guégou menée il y a quelques semaines avec Sea Shepherd et l’Ong Eco Bénin. L’exposé du Préfet Maritime a permis de relever les actions urgentes à mener, c’est-à-dire la fixation d’un quota de pêche, l’accélération des VMS pour accroître la surveillance, etc. « Si l’océan est immense, il n’est pas infini. C’est pourquoi une gestion durable des ressources marines et une meilleure collaboration inter-administration sont nécessaires. L’une des solutions préconisées est la protection et une meilleure gestion des espèces importantes et de leurs habitats face aux menaces à la fois uniques et cumulatives et en utilisant des outils comme la prévention des prises accessoires et l’amélioration de la gestion des pêches », a déclaré Maxime Fernand Ahoyo, Préfet Maritime du Bénin. Le Collectif peut toujours compter sur l’appui de Sea Shepherd Global dont le Directeur Peter Hammarsted a rassuré de la détermination de son organisation pour la protection de la biodiversité marine dans le Golfe de Guinée.





Dans la même rubrique