Lutte contre la piraterie maritime : Prise d’un décret qui renforce la protection des navires

Arnaud DOUMANHOUN 7 novembre 2019

Restaurer l’autorité de l’Etat. « Tout navire de commerce, quelle que soit sa nationalité, au mouillage dans les espaces maritimes sous souveraineté de l’Etat béninois et plus particulièrement en zone d’attente du port de Cotonou, avec l’accord du capitaine, doit accueillir à son bord une équipe de protection armée à charge de la République du Bénin ». Telle est la substance du décret adopté en conseil des ministres ce mercredi 6 novembre 2019.
Selon le compte rendu fait par le ministre de la communication, Alain Orounla, la présence de cette équipe permettra notamment de prévenir toute tentative de piraterie et d’alerter les centres opérationnels en vue de mettre hors d’état de nuire les pirates présumés.
La prise de ce décret est une mesure conservatoire face à la recrudescence des actes de piraterie. Le 1er novembre dernier, un navire dénommé Bonita, a été la cible des pirates qui ont enlevé 9 marins au large de la côte au Port autonome de Cotonou (Pac). Le 4 novembre, soit 72 heures après, c’est le Port de Lomé qui va à son tour subir le dictat des pirates. Le navire Elka Aristotle a été attaqué et 4 otages dont deux Philippiens et un Grec furent kidnappés.
Au Bénin, le 10 avril 2019, le conseil des ministres avait retenu la société norvégienne Vissim A.S. en raison de son expérience, pour fournir des solutions de pointe dans la cadre de la protection de sa façade maritime et de certains de ses postes frontaliers terrestres.
C’est attendant l’aboutissement desdites solutions, qu’un décret est pris pour renforcer la protection des navires mouillant dans ces eaux, pour préserver des actes de piraterie.
Le conseil des ministres a instruit les ministres concernés aux fins de veiller à l’application de ce décret.





Dans la même rubrique