Lutte contre les tracasseries routières : Le Bénin félicité au sein de l’Uemoa

Arnaud DOUMANHOUN 3 novembre 2017

Des points et de gros points. Le Bénin à l’ère de la rupture les marque. Cette fois-ci, c’est l’Observatoire des pratiques anormales (Opa/Uemoa) qui, à l’occasion de sa dernière rencontre annuelle à Ouagadougou, a dressé des lauriers au Bénin et à son président Patrice Talon. En effet, du 24 au 28 Octobre 2017 dans la capitale burkinabè où deux structures étatiques étaient représentées à savoir le Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb) et l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt) compte tenu des rôles que jouent ces structures au sein de l’Opa/Uemoa, le Bénin a été cité en exemple pour le respect des règles établies au sein de l’Uemoa.
Et pour cause, durant les travaux qui ont réuni les conducteurs, transporteurs, chargeurs et autres acteurs du monde des transports au niveau des pays de l’Uemoa, les réformes salutaires engagées dans le domaine du transport inter-Etats au Bénin ont retenu l’attention. Ceci, après l’évaluation des mesures en vigueur pour la réduction des tracasseries et la sécurité routière. Ensuite, pour le temps passé au niveau de chaque barrière sur les corridors. Et comme au Bénin, en matière de circulation des biens et des personnes, les recommandations de l’Uemoa sont actuellement strictement respectées, un satisfécit est naturellement allé à la gouvernance Talon.
À ce sujet, Paul Koffi Koffi, ancien ministre ivoirien et commissaire de l’Uemoa depuis mai 2017 a avoué à l’assistance avoir parcouru le corridor Cotonou-Malanville dans un véhicule banalisé sans être dérangé sur la route. En plus, a-t-il noté que les distances prévues entre les barrages ont été scrupuleusement respectées. Quoi donc de plus normal qu’à Ouagadougou, il soit demandé aux autres pays de l’Uemoa de suivre l’exemple du Bénin qui devient ainsi un modèle au sein de cette union grâce au leadership de son président Patrice Talon.
Mais avant cette reconnaissance, il est à noter non seulement la fermeté du chef de l’Etat à faire respecter les textes en vigueur mais aussi l’implication du Dg par intérim du Cncb Richard Allossohoun et du Dg Anatt, Thomas Agbeva qui ont à leur actif, des séances de sensibilisation au profit des acteurs concernés afin que les rançonnements et les tracasseries routières prennent fin. De même, c’est grâce au travail de ces structures que les règlements et résolutions de l’Uemoa ont été également mis en œuvre au Bénin et les forces de sécurité ont bénéficié des appuis en matériels roulants.
En somme, l’Observatoire des Pratiques Anormales (Opa) mis en place en 2005 par l’Uemoa comme instrument de facilitation pour suivre et dénoncer toutes pratiques anormales sur les axes routiers inter-Etats, a permis de faire le point de la situation au niveau de chaque pays. Et à l’arrivée, si des rappels à l’ordre ont été enregistrés et des recommandations faites à l’endroit de tous les pays pour le respect strict des prescriptions, le Bénin peut s’enorgueillir d’avoir été cité en exemple et sur le chemin de la bonne gouvernance, de faire son bonhomme de chemin.





Dans la même rubrique