Mesures sociales : Talon réduit de 4.000 F les frais d’immatriculation des véhicules à 4 roues et plus

Adrien TCHOMAKOU 29 mars 2019

Dès le 1er avril 2019, il n’y aura plus de délivrance de livret de bord pour les véhicules. L’annonce a été faite hier par le Directeur de l’Agence Nationale des Transports Terrestres (ANaTT), Thomas Agbéva. C’était au cours d’une conférence de presse que les nouvelles dispositions qui interviendront dans l’immatriculation des véhicules ont été présentées. « La pièce d’identité d’un véhicule, c’est la carte grise. Si nous prenons les 8 pays de l’Uemoa aujourd’hui, seul le Bénin continue d’utiliser ce livret de bord comme titre de transport. A l’analyse, le Gouvernement de la rupture a décidé de la suppression de ce livret de bord pour compter du 1er avril 2019 ». En effet, à travers le décret n° 2018-565 du 19 décembre 2018, le gouvernement a modifié le système d’immatriculation et de ré-immatriculation des véhicules à deux roues et plus en République du Bénin.
Ce décret vient abroger le décret n° 2013-349 du 4 septembre 2013. Avec cette réforme, les livrets de bord autrefois utilisés seront remplacés par des macarons apposés sur la face intérieure des pare-brise avant des véhicules. En prélude à l’application de la mesure, des séances d’information ont été organisées avec les promoteurs des compagnies d’assurance et les représentants du Cnsr pour que, en lieu et place des papiers de visite technique et d’assurance, l’on ait désormais de petits macarons qui renseignent sur l’état du véhicule.

Le social en marche
La mise en application de ce décret à partir du 1er avril 2019 est donc un soulagement pour les propriétaires de véhicule de 4 roues et plus. Les frais d’immatriculation et de ré-immatriculation ont été en effet diminués de 4.000 F CFA. Mieux, cette décision positionne le Bénin au premier rang en matière de facilitation des transports terrestres dans la sous-région. Faut-il le rappeler, le Bénin est depuis Juin 2018, la 1ère Nation de l’espace Uemoa en matière de facilitation des transports, avec la suppression des tracasseries policières sur ses axes routiers.
Dans cette même dynamique, selon le Dg Thomas Agbéva, une plateforme unique d’identification des véhicules en République du Bénin sera bientôt opérationnelle pour réorganiser le sous-secteur du transport terrestre. Tous les acteurs, y compris la Police Républicaine, la douane, l’Interpol, les impôts, les structures d’assurance, le Cnsr et l’Anatt seront présents sur cette plateforme. « Lorsque ça prendra corps incessamment, on n’aura plus besoin de réclamer la carte grise avant de savoir qui est le propriétaire du véhicule, si vous êtes à jour vis-à-vis de la visite de la technique, ou si votre assurance court la durée de validité », a-t-il souligné.

Vers une accélération de l’immaturation des motos
Au cours de cette conférence de presse, des explications ont été données sur l’immatriculation des motos. Il est à retenir que le Gouvernement va ouvrir le secteur à d’autres opérateurs pour la fourniture d’intrants afin de permettre à l’Anatt d’être plus efficace dans ses opérations. « Le monopole que nous avons depuis plus de 21 ans par rapport à la fourniture de ces instants a montré ses limites. La contre-performance a été beaucoup plus observée de cet opérateur qui est en situation de monopole. Au moment où l’Anatt était à plus de 100.000 cartes-grises déjà imprimées qui attendaient les plaques d’immatriculation pour fixation, cet opérateur peine à donner satisfaction. Mais autant que nous sommes, personne ne connaît cet opérateur. On ne voit que l’Anatt. Le Gouvernement a décidé de l’ouverture de ce sous-secteur, c’est-à-dire la fourniture des intrants à plusieurs opérateurs économiques pour que satisfaction soit donnée aux usagers à temps ». Des mesures sont en cours pour diminuer la durée du processus d’immatriculation des véhicules qui passent de deux semaines à 72 heures maximum.





Dans la même rubrique