Municipales et communales du 17 mai 2020 : Emmanuel Tiando parle des mesures exceptionnelles

Arnaud DOUMANHOUN 14 avril 2020

Le 8 avril, le chef de l’Etat a convié les présidents des institutions constitutionnelles élargies à la Cena à une réunion de concertation autour de la question essentielle : Que devient le processus électoral face à la pandémie du coronavirus dans notre pays ?
Après un large tour d’horizon sur la situation actuelle du développement de la pandémie dans notre pays et sur l’état de préparatif du processus électoral et compte tenu aussi de la nécessité de la continuité démocratique et du respect des dispositions de la Constitution, les présidents des institutions ont recommandé au gouvernement et à la Cena, la poursuite du processus électoral, donc du maintien de la date du 17 mai 2020. Il n’y a pas de modification sauf s’il y avait une situation nouvelle. Le cas échéant, les présidents des institutions aviseront.
Ces élections se tiennent dans un contexte particulier et c’est pour cela qu’au cours de cette réunion, il a été envisagé un certain nombre de mesures pour protéger la santé des citoyens et faire en sorte que les citoyens ne soient pas contaminés à travers les activités que les partis politiques vont mener. Outre les mesures à caractères général déjà prises par le gouvernement, d’autres mesures relatives à la protection sanitaire du personnel de la Cena, les agents électoraux et les électeurs eux-mêmes ont été préconisées. Ainsi, il sera fourni au personnel de la Cena et aux agents électoraux des masques et du gel hydroalcoolique dans le cadre des travaux préparatoires du scrutin à savoir les travaux de colisage, la formation des agents électoraux, le déploiement du matériel électoral. Nous avons reçu une partie de cette dotation et je pense qu’avec ça nous pouvons assurer dans des conditions assez acceptables les préparatifs du scrutin du 17 mai prochain.
D’autres mesures préconisées concernent le jour du scrutin. Ainsi, tous les postes de vote, les centres de compilation des résultats seront dotés de masques et de gel pour électeurs et les agents électoraux notamment les membres des postes de vote et les coordonnateurs d’arrondissement qui seront les responsables des centres de compilations. De même, il a été fortement recommandé par la réunion des présidents des institutions le respect de la distanciation sociale c’est-à-dire, le respect du 1 mètre exigé dans les décisions du gouvernement pour éviter la contamination des citoyens.
La mise en œuvre de cette mesure sera faite en liaison avec les forces de sécurité publique, qui ne seront pas là pour empêcher les citoyens de voter ou faire pression sur les électeurs mais pour assurer le bon ordre. Donc, en liaison avec les forces de sécurité publique et les membres de poste de vote et éventuellement les coordonnateurs d’arrondissement qui sont chargés de l’organisation matérielle de leur circonscription électorale respective, voilà les mesures de protection sanitaire.

La question de la campagne électorale
Concernant la campagne électorale qui mérite d’être examinée dans le cadre de la recherche de protection sanitaire des citoyens. Ainsi, tenant compte des exigences de la sécurité, il a été envisagé un certain nombre de mesures, parce que les mesures traditionnelles que nous avons toujours observées ne sont plus compatibles avec les exigences de la recherche de cette protection sanitaire des citoyens.
Auparavant c’était des caravanes, des meetings, des porte à porte même jusqu’à la veille ou aux premières heures du scrutin. Si nous maintenons cette forme de campagne, nous risquons de favoriser la propagation du virus. C’est pourquoi la réunion des présidents des institutions a préconisé le recours massif aux médias en lieu et place des meetings. Il faudra recourir aux radios et télévisions publiques et privées qu’elles soient nationales ou locales. Et à cet effet, il a été recommandé au président de la Haac, d’examiner et de proposer les modalités de mise en œuvre de ce recours aux radios et télévisions sur toute l’étendue du territoire national. En conséquence, il n’y aura plus de grands meetings ou caravanes parce que les caravanes suscitent toujours les attroupements. Il n’y aura pas non plus de campagne porte à porte, parce que même si c’est porte à porte, vous allez vous retrouver au sein d’une famille avec tous les risques de contamination.
Donc, ce sera recours aux radios et télévisions privées avec le concours du président de la Haac qui va définir les modalités pour qu’il y ait égalité de traitement pour tout le monde. Et pour soulager les partis politiques, il a été retenu que l’incidence financière de la mise en œuvre de cette mesure soit à la charge de l’Etat. C’est-à-dire que c’est l’Etat qui va rembourser, qui va prendre en charge les frais d’utilisation de ces médias.
Autres éléments des campagnes, l’utilisation des mégaphones mais pas pour faire des caravanes. Ces mégaphones seront portés par des véhicules, des tricycles, ça peut même être des vélos mais avec interdiction de stationner parce que dès lors que vous stationnez, vous provoquez un attroupement des citoyens et vous créez les conditions de propagation de la pandémie.
Une campagne qui tienne compte de la situation sanitaire de notre pays. C’est vrai que vous avez l’habitude de faire autre chose, mais à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.
Propos recueillis : Arnaud DOUMANHOUN





Dans la même rubrique