Négociations gouvernement-partenaires sociaux : Journée décisive pour sauver l’année scolaire

Arnaud DOUMANHOUN 13 mars 2018

Gouvernement et partenaires sociaux renouent avec le dialogue ce jour à l’Infosec de Cotonou. Six des sept centrales syndicales (Csa, Cosi-Bénin, Cgtb, Unstb, Cespib, Csub) ont levé le véto de la rétrocession des défalcations sur salaires. Ce point ne sera donc pas à l’ordre du jour. Par conséquent, les deux parties se pencheront sur les points précédemment objet de revendications, notamment la question relative à la mise en application du statut particulier du corps enseignant. Et à en croire la ministre de la fonction publique, Adidjatou Mathys, le gouvernement a étudié la question et conséquemment, ses émissaires feront des propositions lors de la rencontre de ce jour. « Le gouvernement est prêt à signer six arrêtés d’application de leur statut », a déclaré le vendredi dernier, la ministre Adidjatou Mathys.
Les propositions du gouvernement recevront-elles l’assentiment des partenaires sociaux ? L’issue des négociations nous situera. Une chose est claire, le spectre d’une année blanche est à nos portes, et nul n’a intérêt à lui dresser le tapis. Il est impérieux que les lignes bougent. Le dialogue doit être sans hypocrisie. D’ailleurs, les grèves n’ont pas pour vertus d’accroitre les ressources de l’Etat. Bien au contraire. Il faudra alors que les ambitions soient raisonnables, et tiennent compte de la capacité de la trésorerie de l’Etat. La politique du jusqu’auboutisme peut avoir des conséquences incommensurables. Des milliers de parents et d’élèves attendent de ces échanges que la fumée blanche sorte et que les portes de l’école s’ouvrent à nouveau.





Dans la même rubrique