Négociations Gouvernement-Syndicats : Les mesures prises pour la rentrée

Fulbert ADJIMEHOSSOU 7 septembre 2019

Bien que chaleureuse, l’ambiance de fin laisse voir de la méfiance. Au premier round de négociations, Gouvernement et syndicats sont restés sur le qui-vive. Le médiateur en Chef, Abdoulaye Bio Tchané se veut néanmoins rassurant des discussions autour des mesures prises par le Gouvernement en prélude à la rentrée. « Ces mesures ont été pour l’essentiel saluées ». Les trois ministres en charge de l’éducation ont en effet rendu comptes des dispositions prises dans les enseignements primaire, secondaire et universitaire. Il s’agit entre autres des subventions à accorder aux écoles, des indemnités, des indemnités à payer aux enseignants, le recrutement d’enseignants, la situation des écoles inondées en cette période de crues. « Nous avançons surement réellement. Nous avons examiné le premier point qui était le plus important. Les rentrées dans une semaine. C’est important que nous puissions nous assurer que nos enfants, les élèves et les étudiants pourront commencer l’année scolaire sans difficulté », a martelé le ministre d’Etat.

Colère de syndicats, assurance de Bio Tchané

A l’entame, les Secrétaires Généraux n’ont pas apprécié le retard connu dans la programmation de la session. Ils en ont espéré, disent-ils, au premier semestre en vain, tout comme ils s’attendaient à ce que la situation des enseignants sans salaire soit réglée avant Septembre 2019. « Il y a sujets qui sujets qui nous préoccupent beaucoup plus. À notre rencontre avec le Chef de l’Etat, on avait posé le problème des collègues qui sont en attente de reversement et qui n’ont pas de salaires. Certains avaient des avances sur salaire, et après, on a coupé. Le chef de l’Etat avait dit de tout faire pour qu’en août au plus, ça soit réglé. Nous sommes en septembre. Vraiment je suis déçu », a déclaré Noel Chadaré, Secrétaire Général de la Cosi-Bénin. Il n’a pas manqué de se préoccuper aussi de la situation du Fonds national de Retraite du Bénin et de la situation des travailleurs de l’Ocbn. Mais avant, le Secrétaire Général de la CSA-Bénin, Anselme Amoussou a lui aussi fustigé ce qu’il appelle ‘’faire du surplace’’. « J’ai le sentiment que je suis venu perdre mon temps », laisse-t-il entendre. Ils ont été rejoints dans leurs propos liminaires par le Secrétaire Général de la Cstb, Kassa Mampo, qui est allé au-delà pour fustiger l’organisation de l’évaluation des enseignants.
Cependant, le Ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané a fait cas des résultats probants obtenus en 2018 dont la prise des arrêtés d’application des statuts particuliers des enseignants du primaire et du secondaire dont l’effet financier est effectif depuis décembre 2018 ; la régularisation de la situation administrative et financière de bon nombre d’Agents de l’État en général et de différentes catégories d’enseignants en particulier ; la tenue des diverses commissions de carrière sur les disparités catégorielles des APE ainsi que la prise de mesures sectorielles dans le secteur de la santé notamment. « Ces résultats n’ont pas manqué d’impacter le climat social dans notre pays et singulièrement le secteur de l’éducation. Ce dernier a d’ailleurs enregistré des résultats encourageants grâce à une année scolaire et universitaire apaisée », a-t-il souligné.

Rendez-vous semaine prochaine
Cette 1ère session de la Commission Nationale Permanente de Concertation et de Négociations Collectives Syndicat/Gouvernement suspendue, est attendue pour se poursuivre la semaine prochaine. Ce sera l’occasion d’aborder les autres points inscrits à l’ordre du jour tels que l’examen du niveau de satisfaction des revendications transversales ; le compte rendu des négociations sectorielles ; et des questions diverses. Faut-il le souligner, ce premier rendez-vous a été marqué par un ‘’clash’’ entre syndicats, notamment à travers une réplique de Anselme Amoussou à des accusations de Kassa Mampo.





Dans la même rubrique