Ouverture de la seconde session ordinaire : l’examen du budget général de l'Etat, 2022 à l'ordre du jour

Karim O. ANONRIN 27 octobre 2021

Le président de l’Assemblée nationale, Louis Gbèhounou Vlavonou, a procédé ce mardi 26 octobre 2021 à l’ouverture solennelle de la deuxième session ordinaire de l’institution pour le compte de l’année 2021. C’était à l’hémicycle au Palais des gouverneurs à Porto-Novo, siège du Parlement béninois et en présence de ses collègues députés, des membres du gouvernement, du Préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou, du Maire de Porto-Novo, Charlemagne Yankoty. Il s’agit d’une session ouverte conformément à l’article 4 du Règlement intérieur conforté par l’article 87 de la Constitution. Deux moments ont marqué la cérémonie d’ouverture de ladite session qui, rappelons-le, est une session budgétaire qui examinera la loi de finances de l’État, exercice 2022. Le premier moment fut l’ouverture proprement dite de la session et le second moment était celui du discours du président Louis Gbèhounou Vlavonou. Parlant du discours, le président Louis Gbèhounou Vlavonou n’a pas manqué de revenir sur les grands évènements que le Bénin a connus pendant la période de la session ordinaire précédente comme la rencontre entre le président Patrice Talon et son prédécesseur Boni Yayi, la production législative et les polémiques qu’elle a engendrées en ce qui concerne certaines lois et surtout les innovations du Parlement en matière de contrôle de l’action gouvernementale.

Louis G. Vlavonou sur les innovations sur le contrôle de l’action gouvernementale

Dans son discours d’ouverture de la deuxième session inaugurale du Parlement, le président Louis Gbèhounou Vlavonou a mis un accent sur les innovations entreprises par la 8ème Législature dans sa mission de contrôle de l’action gouvernementale. « … La fonction de contrôle de l’action gouvernementale sur laquelle un accent particulier devra être mis au cours de cette session grâce aux outils constitutionnels mis à la disposition du parlement et que nous devons chercher à utiliser sans complaisance et sans parti pris mais dans le respect des dispositions de notre règlement intérieur. Loin d’être une simple formalité, cet exercice constitue une exigence de notre constitution auquel nous ne saurions nous dérober, car il permet au Gouvernement de rendre compte de sa gestion aux représentants du peuple que nous sommes et d’être plus attentif aux actes qu’il pose. C’est pourquoi nous avons exploré d’autres chantiers légaux en nous appuyant sur les prérogatives de la commission des finances et des échanges en matière du contrôle financier des entreprises publiques et semi-publiques… », a dit le président Louis Gbèhounou Vlavonou. Poursuivant dans le même sens, le président Louis Gbèhounou Vlavonou a laissé entendre que la Commission des Finances de l’Assemblée nationale a contrôlé la gestion comptable et financière du Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) au titre de l’exercice 2020 et a déposé son rapport qui fera l’objet de débat en plénière les jours à venir. « …En effet, la commission en charge des finances tire sa prérogative de contrôle financier des entreprises publiques et semi-publiques des dispositions de l’article 29 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et de l’article 93 de la loi organique relative aux lois des finances (LOLF). A ce titre, cette commission permanente du parlement ayant le pouvoir d’investigation dans les entreprises publiques et semi-publiques aux fins de faire la lumière sur la gestion de celles-ci a été mandaté par nous conformément à la décision N° 2021-79/AN/PT du 11 août 2021 aux fins de contrôler la gestion comptable et financière du Conseil National des Chargeurs du Bénin (CNCB) au titre de l’exercice 2020… », a t-il dit.





Dans la même rubrique