Ouverture des frontières avec le Nigeria : le Bénin a gagné en résilience économique

Angelo DOSSOUMOU 17 décembre 2020

Une bonne nouvelle et un ouf de soulagement pour la coopération sous régionale. Depuis l’annonce de la réouverture de ses frontières par le président du Nigeria Muhammadu Buhari après plus d’un an de fermeture, la décision enchante, détend particulièrement l’atmosphère des relations de bons voisinages et du coup, en cette fin d’année difficile pour tous les pays au monde à cause de plusieurs conjonctures, l’horizon économique s’éclaircit. Pour l’instant, que ça soit du côté du Nigeria ou du Bénin en ce qui nous concerne, l’unanimité est faite, que c’est la meilleure des choses qui puisse arriver aux deux pays dont les populations sont non seulement frères mais aussi condamnées à vivre ensemble. En cela, quoique tardive aux yeux de ceux qui ont été surtout les grandes victimes des frontières qui sont restées fermées 16 mois durant, il ne serait pas exagéré de saluer le recul du président Buhari.
Seulement, du côté béninois, cela aurait été pire si les gouvernants n’ont pas pris de la hauteur et géré la situation au mieux. Là également, il est impérieux de se réjouir de cette gouvernance qui point n’a perdu son temps à pleurer sur le lait renversé et permis, grâce à moult mécanismes, d’atténuer le choc. Autrement, et comme aiment le dire très souvent les analystes, le Nigeria a éternué mais, pour une fois, le Bénin malgré tous les virus envoyés en l’air du fait des frontières fermées a su prendre les dispositifs idoines pour éviter d’être grippé. C’est à l’honneur des dirigeants qui n’ont pas paniqué au vu des inévitables répercussions économiques mais, ont plutôt compris qu’il fallait réfléchir à trouver des alternatives à cette prise de décision unilatérale du Nigeria relativement à ses frontières.
D’ailleurs, au sortir de cette épreuve imposée au Bénin par le géant voisin de l’Est, sur le plan économique, une expérience est désormais capitalisée à tous les niveaux. Car, pendant tout le temps qu’a duré la fermeture des frontières à laquelle est venu s’ajouter le fléau de la Covid-19, le Bénin, avec la compréhension des populations, n’a rien fait d’autre que de travailler à rendre son économie résiliente. L’adage a coutume de dire qu’à quelque chose malheur est bon. Certes, sans cet épisode, pour le Bénin économique, les statistiques et indicateurs auraient été nettement en hausse.
Malheureusement, le dicktat du Nigeria est passé par là. Pourvu qu’après la réouverture des frontières, les dirigeants de part et d’autre comprennent enfin que nul ne peut vivre en autarcie. Ce qui est certain, le Bénin et le Nigeria sont liés sur tous les plans. Plus que des pays frères, ils sont condamnés à entretenir des relations cordiales. Enfin, par sa gestion de la situation, il est clair que le Bénin a forcé le respect du Nigeria. Même si les deux pays ne sont pas sur les mêmes pieds d’égalité dans l’ordre hiérarchique sur le plan socioéconomique, il est à espérer, dès à présent, que le respect mutuel entre les deux voisins ait de beaux jours devant lui.





Dans la même rubrique