PAG 2021-2026 : Les salaires des travailleurs seront revalorisés

Angelo DOSSOUMOU 16 décembre 2021

Romuald Wadagni, ministre d’Etat chargé de l’économie et des finances

Pour l’instant, c’est une annonce du dernier Conseil des ministres. Mais tellement, la revalorisation des salaires des travailleurs impactera positivement le bien-être de millions de foyers que le peuple béninois, dans son ensemble, est impatient de constater enfin la bonne nouvelle du gouvernement sur les fiches de paie. Mais avant que l’annonce ne devienne réalité, il faudra d’abord attendre des échanges avec les partenaires sociaux pour convenir des modalités. A ce stade donc, après avoir salivé des années durant surtout plus encore avec la promesse du ‘‘Hautement social’’, il est clair qu’il n’y a qu’une pensée qui traverse actuellement l’esprit des travailleurs : ‘‘pourvu que cela ne prenne pas un temps fou’’. Car, pour l’instant, rien ne prouve que les négociations ne s’étaleront pas sur plusieurs jours voire des semaines, et que la mise en œuvre de la revalorisation des salaires sera effective dès janvier prochain. De toute façon, un processus est enclenché et il faut déjà s’en réjouir.
Cependant, il est impérieux de faire constater que les travailleurs du Bénin aussi bien du secteur privé que du secteur public ont, notamment depuis 2016, consenti à d’énormes sacrifices. En effet, pour soutenir l’effort de construction nationale, la ceinture a été serrée et des habitudes véritablement bousculées.

Adidjatou Mathys, ministre du travail et de la fonction publique

A présent que l’heure de souffler s’en va être sonnée, il est à espérer que le gouvernement tienne effectivement compte de la diminution du train de vie de l’Etat et mette l’accent sur la justice sociale. En clair, au Bénin, l’écart entre les salaires des politiques, des cadres nommés à de hautes fonctions et des autres travailleurs est, à la limite, démesuré. Cela suppose non seulement un travail en vue de la revalorisation des salaires mais aussi, un besoin de les réajuster en tenant compte des réalités des marchés qui est le même pour tous. Déjà, il est à rappeler qu’avec le SMIG qui est de 40 mille, il est aujourd’hui impossible pour un travailleur d’avoir une chambre décente à louer et de se nourrir convenablement. Ne parlons pas des autres besoins.
C’est pourquoi, la revalorisation des salaires après ses dernières années de précarité où le panier de la ménagère n’existait que de nom vient à point nommé pour les travailleurs. Les économistes diront que c’est la consommation qui soutient la production. Sinon, à quoi bon une économie émergente, des notes encourageantes des institutions financières si le citoyen n’en ressent pas directement l’impact dans son assiette, dans son confort et celui de sa petite famille ? En somme, ‘‘une mission, des moyens’’. Au cas contraire, le gouvernement et le patronat ne seraient plus en droit d’attendre des miracles des travailleurs. Fort heureusement, la revalorisation des salaires est bientôt là. ‘‘Mieux vaut tard que jamais’’.





Dans la même rubrique