Parrainage individuelle pour la présidentielle de 2021 : Gounou conteste la procédure de la Cena, Korogoné contre-attaque

Arnaud DOUMANHOUN 29 septembre 2020

Les débats étaient houleux à la Commission électorale (Cena) dans la matinée de ce mardi 29 septembre 2020. L’institution ayant à charge l’organisation de la présidentielle 2021, a annoncé aux partis politiques convoqués à la séance d’échanges, que le parrainage sera individuel. En effet, aux termes de l’article 44 nouveau de la Constitution du Bénin, une candidature aux fonctions de Président de la République ou de Vice-président de la République doit recevoir l’accord d’un nombre minimal d’élus dans les conditions fixées par la loi. Mais le législateur n’a pas précisé les conditions de délivrance de l’acte de parrainage. Pour la Cena, le formulaire sera individuellement remis aux élus, au cours d’une rencontre, et en toute indépendance ils feront leurs choix.
« A mon avis, c’est contraire à l’esprit de la réforme du système partisan. Ça peut ouvrir tout de suite un marché, à des marchandages de parrainage. Les risques de corruption. Aussi, cette procédure affaiblie le parti au profit de l’individu », a déclaré l’honorable Abdoulaye Gounou, du parti Bloc Républicain, au cours le rencontre, avant d’ajouter : « La Cena oublie que chaque parrain en l’état actuel de notre législation est issu des rangs d’un parti. Il est élu par le peuple sur la liste présentée par un parti. En conséquence, ce qui est normal, et que je suggère est que la Cena convoie les formulaires individuelles établies au nom de chaque parrain au siège national de chaque parti politique. Que tout le reste se fasse au niveau du siège de façon concertée ».

Mais certains de ses pairs de l’entendent pas de cette oreille. Selon le président du parti Mouvement populaire de libération (Mpl), Sabi Sira Korogoné, la Cour ne devrait pas donner suite favorable à cette requête. « Nous avons entendu un député, un juriste de haut niveau, nous dire que le parrainage sera centralisé au niveau des partis politique. Si jamais ces collègues tombent dans le même piège que lui, cela n’est pas de nature à permettre le débat démocratique ». Il faut déjà noter que la Cena ne reviendra sur sa décision, que si la Cour constitutionnelle, juge du contentieux pour le compte de la présidentielle rendait une décision contraire en cette matière. A la question de savoir si le Bloc Républicain entend saisir le juge constitutionnel, Abodoulaye Gounou liasse entendre que le parti avisera.
De toute évidence comme il l’affirmera plus loin, la Cena vient de lancer officiellement le débat, de poser le premier acte qui marque inaugure la course pour la présidentielle.





Dans la même rubrique