Performances économiques sous la Rupture : Lionel Zinsou, la surprise

Angelo DOSSOUMOU 7 septembre 2020

Des propos sans ambiguïté. Un soutien franc pour la gouvernance de Patrice Talon, son adversaire au second tour de la présidentielle de 2016. Au-devant de l’actualité politique nationale ces derniers jours, Lionel Zinsou a surpris son beau monde en arguant que l’actuel locataire de la Marina conduit à merveille le navire Bénin. La gestion de l’agriculture avec la filière coton qui bat tous les records n’a pas laissé insensible le financier d’affaires. Pour avoir été pendant 9 mois, premier ministre avec l’ancien régime et avoir eu la prétention de diriger son pays, ses remarques sur la gouvernance de ces quatre dernières années par Patrice Talon sont plus que des éloges. Car déjà, sous les tropiques, ce n’est pas donné d’entendre un adversaire politique reconnaître les mérites de celui-là qui lui a barré le chemin de la magistrature suprême. Mais, tout s’explique : Lionel Zinsou a fait ses armes en France et il faut supposer que c’est de la realpolitik que ses observations viennent de lui.
D’ailleurs, d’une opposition qui voue tous aux gémonies, Lionel Zinsou s’est démarqué et a choisi la ligne directrice des instituts de notation qui voit sous Patrice Talon malgré les chocs de la fermeture des frontières et de la pandémie du coronavirus, un Bénin rayonnant. Seulement, avec autant de lauriers tressés à l’homme du Nouveau départ par l’ancien premier ministre de Yayi Boni, il faut légitimement se poser des questions sur cette subite attention à l’endroit d’un régime qu’il critiquait il n’y a pas si longtemps notamment après avoir été condamné à cinq d’inéligibilité pour faux et dépassement de fonds de campagne électorale. Car, au-delà de tout, la perfection n’est pas de ce monde. S’il est vrai que durant ces quatre dernières années, le coton a positivement impacté l’économie béninoise, que la corruption a reculé, que le pays est en chantier et qu’il faut être de mauvaise foi pour peindre tout en noir, il n’empêche qu’il reste encore à faire avant de véritablement mettre le Bénin sur les rails.
A ce sujet, s’il faut être d’accord avec Lionel Zinsou que l’économie béninoise progresse, venant d’un détracteur du régime, on se surprend énormément que l’aspect de la répercussion de la fermeture des frontières du Nigeria sans laquelle le Bénin aurait sans doute fait de grands bonds sur le plan économique ne soit pas exploité comme l’aurait fait tout bon opposant qui œuvre à une alternance au pouvoir. A moins qu’entre-temps, Lionel Zinsou ait changé d’avis. De toutes les façons, au point de devenir ce bon communicant à son adversaire de la présidentielle de 2016 confortablement installé à la Marina, il est certain qu’entre les deux anciens amis, l’eau a coulé sous les ponts.

L’ombre d’un deal Talon-Zinsou
D’ailleurs, à l’occasion de sa sortie médiatique samedi dernier sur Rfi et Jeune Afrique, l’ancien premier ministre de Boni Yayi n’a pas caché la proposition à lui faite par le président Patrice Talon de représenter le Bénin à l’Organisation mondiale du commerce (Omc). Clairement, entre des esprits élevés, quand le dialogue est maintenu, la politique politicienne disparaît. Cela s’est traduit par ce recours à Lionel Zinsou pour l’occupation d’un poste à l’international pour le compte du Bénin. Au-delà de ce geste de Talon et des qualificatifs de Zinsou pour la bonne gouvernance du Bénin, c’est, à coup sûr, une nouvelle relation qui se noue entre les deux hommes.
Pour l’instant, difficile de savoir jusqu’où elle ira. Mais, rien ne dit que dans l’optique d’une gouvernance optimale du Bénin, Patrice Talon ne renouvelle le geste du recours à l’expertise de Lionel Zinsou. Et puisque, les seules choses qui puissent diviser les deux anciens amis, ce ne sont que les intérêts personnels et des questions d’égo et ce qui peut les réunir, c’est le développement du Bénin, alors, ce ne serait pas une surprise que ce tandem nous soit proposé dans un futur proche. Maintenant, serait-ce avant ou après la présidentielle de 2021 ? L’avenir nous édifiera.





Dans la même rubrique