Plus d’un an après la fermeture des frontières : Buhari autorise la levée des barrières

Fulbert ADJIMEHOSSOU 17 décembre 2020

Enfin, l’axe Cotonou-Lagos pourra retrouver son ambiance d’antan. C’est le moins à espérer avec l’ouverture hier des frontières du Nigéria avec ses voisins à Sèmè, Illela, Maigatari et Mfun, ordonnée par le Président Buhari. En effet, lesdites frontières ont été fermées aux marchandises en août 2019, pour raison de la « lutte contre la contrebande ». Cette situation a fait l’objet de nombreux pourparlers avec des espoirs qui n’ont fait que trop durer. Le Président Talon avait dit dans une interview accordée il y a quelques mois à Jeune Afrique souvent échanger avec Buhari. « Je ne cesse de le faire et je pense que n’eût été la pandémie, la frontière aurait peut-être été rouverte. Cela a assez duré ». Dans l’attente, le pays a dû créer sa résilience. « Elles sont sérieuses, mais maitrisées. Mon objectif a toujours été que la survie et le développement du Bénin ne dépendent de personne. Grâce à la résilience de notre économie et à la diversification de nos recettes fiscales, nous avons fait beaucoup mieux qu’éviter le désastre que d’aucuns annonçaient », avait martelé le Président Talon.
Cependant, il y a quelques jours, lors d’une récente réunion avec les chefs du parti APC au pouvoir, le président Buhari avait promis que la frontière serait ouverte : « Lors de ma réunion avec les gouverneurs des États aujourd’hui, j’ai expliqué que la fermeture des frontières terrestres du Nigeria était en partie une tentative de contrôler la contrebande d’armes et de drogues. Maintenant que le message est entré avec nos voisins, nous envisageons de rouvrir les frontières dès que possible ».
C’est fait. Reste à suivre de près la tournure que prendront les relations commerciales entre les deux pays.





Dans la même rubrique