Point du Covid-19 au Bénin : Le risque est toujours là, la riposte porte ses fruits

Angelo DOSSOUMOU 21 avril 2020

Le coronavirus au Bénin, il est encore loin d’être derrière nous mais, l’espoir d’en finir est plus que présent. Officiellement, depuis hier, la barre de la cinquantaine de cas est franchie et le défi d’une riposte adéquate plus grand. Si jusqu’à l’annonce du 34ème cas, et en dépit du durcissement des mesures qui s’en sont suivies, des citoyens ne se gênaient pas de multiplier des comportements à risque, le point actuel de la pandémie mérite même si au fait, la prise en compte des guérisons peut, un tant soit peu, dissiper les inquiétudes, que néanmoins, chacun prenne ses responsabilités.
Car, pour une riposte à la taille du bond effectué par le coronavirus dans notre pays, il est impérieux de conjuguer l’exemplarité de tous les citoyens aux moyens de lutte acquis par les gouvernants. Justement à ce propos, il ne se passe plus de jour sans que les ministères de la santé et des finances ne fassent des efforts pour doter notre pays d’équipements médicaux appropriés et des produits pharmaceutiques en conséquence.
Ainsi, ces derniers jours, pour mieux juguler une pandémie qui visiblement profite des moindres failles pour prendre de la vitesse, il a été question d’acquisition d’une importante quantité de chloroquine, de sa subvention par l’Etat, de masques de protection…Plus intéressant, le Bénin peut compter non seulement avec de nouveaux matériels de détection de la maladie mais aussi, cet état de chose a permis de prévoir un dépistage systématique des personnes symptomatiques, de leurs contacts et des communautés à risque notamment le personnel médical, les forces de sécurité et de défense, les prisonniers et toute personne munie d’un certificat médical.
En somme, actuellement mieux outillé pour faire face au Covid-19, le Bénin, avec plus de sérieux des populations et la rigueur de chaque instant du personnel soignant, des autorités politico-administratives et des forces de l’ordre et de défense, peut raisonnablement relever le pari de la reprise des activités dans les trois prochaines semaines comme annoncé par le ministre de la santé.
Seulement, il serait préjudiciable d’oublier qu’avec nos frontières poreuses et ouvertes et des importations du virus qui rôdent toujours sans oublier l’imminence de la saison des pluies avec son corollaire de maladies, un relâchement en ce qui concerne les gestes de protections serait fatal. Alors, avant que tous les nuages relatifs au Covid-19 soient dissipés, ne nous gargarisons pas d’être au nombre des pays les moins touchés par le coronavirus, de façon permanente, agissons pour nous protéger et protéger notre entourage. Pour le moment, c’est la meilleure stratégie qui vaille et donc, pas de panique mais, pas non plus de relâchement devant le spectre du coronavirus au Bénin.





Dans la même rubrique