Pour une alternance au pouvoir : Le duo Kohoué-Agossa tend la main à « Les Démocrates »

22 février 2021

L’opposition peut encore créer la surprise et parvenir à l’alternance au pouvoir qu’elle ambitionne. Le duo Kohoué-Agossa avec pour vision « Restaurer la confiance » du peuple y croit fermement et mise sur l’unité de l’opposition pour qu’au soir du 11 avril prochain, la surprise soit réelle. Dans tous les cas, ce duo travaille d’arrache-pied pour aller à l’assaut des voix de leurs compatriotes. Rien ne lui est impossible et il reste ouvert. C’est ce qui justifie d’ailleurs sa démarche la semaine dernière à l’endroit du Mouvement populaire de libération (MPL) de Sabi Sira Korogoné. Il ne reste qu’aux autres forces de l’opposition de comprendre l’enjeu et de s’inscrire dans la même logique, malgré la diversité des pensées. Toujours dans ce sens, le duo « Restaurer la confiance » de Kohoué-Agossa invite « Les Démocrates » à faire bloc derrière lui pour mieux combattre Patrice Talon dans les urnes. Car, à l’union, des abeilles impriment leur marque et des rebelles se mettent ensemble pour battre l’ennemi.
L’opposant farouche Iréné Agossa estime que l’opposition pourra prendre le pouvoir à travers le vote du 11 avril prochain si et seulement si elle est solidaire. C’est pourquoi, il demande aux membres, militants et sympathisants du parti « Les Démocrates », d’emprunter la meilleure voie de lutte pour l’alternance au pouvoir en se mobilisant massivement derrière le duo de l’unique opposition Kohoué-Agossa. « Si vous boycottez le scrutin, sachez que vous avez remis encore le pouvoir à Talon. Vous devez nous soutenir pour que nous prenons démocratiquement le pouvoir. Pas de trouble à l’ordre public, ni d’incitation à la violence. C’est une chance pour l’opposition d’avoir le duo Kohoué-Agossa pour la présidentielle », a dit Iréné Agossa. Selon ses propos, le défi à relever est grand et « Les Démocrates » doit taire ses querelles internes et vite accompagner le duo « Restaurer la Confiance » du peuple.
L’ancien préfet et son colistier ancien Directeur de la Sonacop ont démontré brièvement leur savoir-faire politique dans l’obtention des parrainages. Pendant que « Les Démocrates » s’évertuaient à débaucher des députés à l’Assemblée nationale, selon les propos de l’honorable Rachidi Gbadamassi, le duo Kohoué-Agossa a réussi à convaincre les élus pour valider son entrée en lice pour la présidentielle.
Sur une chaîne en ligne au Bénin, Iréné Agossa a dénié toute proximité avec le pouvoir en place et réaffirmé son appartenance à l’opposition depuis 2015. « Je n’ai pas d’accointance avec Patrice Talon. C’est d’ailleurs pourquoi je demande un débat contradictoire de clarification avec messieurs Azatassou et Tigri ». Pour lui, « Si tu te lèves pour combattre Talon, ils te considèrent comme un envoyé de Talon. C’est malheureux et triste ».

La stratégie du duo « Restaurer la confiance »
« Nous allons redonner la confiance au peuple », rassure Iréné Agossa. Il a dévoilé comment il est arrivé à avoir son parrainage. Un parrainage qu’il négociait depuis plusieurs mois pour permettre à l’opposition de participer aux élections. « Nous avons dit aux députés, vous avez tout fait mais il ne faut pas nous empêcher de nous exprimer. Si vous tapez un enfant, il ne faut pas l’empêcher de pleurer. Nous avons discuté avec les députés puis avec les chefs de partis », a fait savoir le vice-président du duo de candidats Kohoué-Agossa. Pour lui, « Je ne suis pas la voie mais je connais le chemin. J’ai commencé les négociations depuis. Je l’ai dit au sein du parti « Les Démocrates ». J’ai rencontré les députés un à un. Les négociations se font face à face. On n’écrit pas pour négocier. Moi j’ai été discuter avec eux de même que les chefs des partis ». Pour Iréné Agossa, « Nous, nous avons fait l’option d’aller aux élections. Les Démocrates eux, ils sont dans l’optique de lever certaines contraintes d’abord », regrette l’invité de Virgile Ahouansè. « Je leur ai dit que je peux avoir le parrainage mais ils n’ont pas cru. La fin justifie les moyens », précise-t-il.
Iréné Agossa rappelle que ceux qui sont contre sa candidature disaient « que même un chien peut battre Patrice Talon. Si c’est Talon qui m’a choisi comme challenger, il a alors mal fait. Si Talon m’a choisi, est-ce que c’est Kohoué qui sera le président ? », C’est regrettable, selon Iréné Agossa pour qui, « On peut convaincre son adversaire que notre existence est utile pour lui. Si vous ne laissez pas le peuple s’exprimer vous allez sortir par la petite porte. Ce n’est pas une question de quelques jours, ni de lettre mais il faut aller rencontrer les gens. J’ai cru qu’ils pouvaient le faire. Ils ont le soutien de tout le monde, des grandes personnalités, des chefs d’Etats de la sous-région. Je ne savais même pas qu’ils allaient échouer. En voulant le parrainage, vous devriez être humble ». A l’en croire, ceux qui ont échoué , doivent cesser de faire de la diversion. Selon lui, « Si tu es une femme et tu ne sais pas danser, il ne faut pas mettre ça sur le coup de tes seins. Si des hommes d’un certain niveau arrivent à cette incohérence, il faut aller chercher les causes ».
« Si eux ils trouvaient le parrainage, nous allons nous mettre ensemble pour battre Talon bien qu’ils nous aient méprisés », remarque-t-il. Mieux, Il explique que « On a pris le logo et non seulement on nous a suspendus, mais ils ont écrit à la CENA et nous avons changé le logo. Sont-ils des démocrates ? Quand des rebelles sont contre un même ennemi, ils se mettent ensemble pour abattre l’ennemi. Ils sont obnubilés par Talon. Si tu te lèves pour combattre Talon, ils te considèrent comme un envoyé de Talon. C’est malheureux ». Selon Iréné Agossa, « C’est la foi, la conviction et l’engagement. Ce n’est pas l’argent ni la force. Ce n’est pas la force mais l’amour. C’est ce qui a fait que nous avons réussi. Qu’ils se désillusionnent et viennent on va se mettre ensemble pour battre Talon ».





Dans la même rubrique