Présidentielle du 11 avril : La course inédite des trois duos

Angelo DOSSOUMOU 26 mars 2021

Depuis le renouveau démocratique, c’est une première. Avec la réforme du système partisan, l’idéal semble devenir réalité. Car, même si, en vérité, il y a des doutes sur la crédibilité et la capacité des deux partis attendus pour aller à la compétition avec l’actuel locataire de la Marina, Patrice Talon, les actes démontrent que les calculs sont passés par là. Ce qui est certain, devant les juges du scrutin du 11 avril prochain que sont les électeurs, départager les trois duos en course pour le fauteuil de la Marina est devenu un exercice aisé. D’ailleurs, le premier des trois a un bilan à défendre. Le deuxième et le troisième tirent beaucoup plus leur essence de l’ancien régime. En plus clair, la Fcbe et ses candidats que sont Soumanou Djimba et Paul Hounkpè ou ‘‘Les Démocrates’’ Corentin Kohoué et Iréné Agossa ont dîné à la table du ‘‘yayisme’’. Cela suppose, en principe, s’il advenait que le 11 avril prochain, les électeurs leur faisaient confiance, que le penchant vers le volet social a primé sur toute autre considération.
Par contre, toujours dans une logique d’assainissement des finances publiques, de consolidation des soubassements d’une future économie florissante et d’un réel suivi dans la continuité des grands travaux, le duo qui aspire à renouveler un bail de cinq ans à la Marina, dérogera difficilement à une logique connue et qui, jusqu’ici, a fait recette.
Mais, au-delà de toutes ces considérations, une fois encore, la grande nouveauté du scrutin du 11 avril prochain, c’est une clarté inhabituelle sur le bulletin unique qui devrait fortement aider à diminuer les hésitations. Ainsi, contrairement aux précédentes élections présidentielles où, le bulletin unique était garni de photographies c’est-à-dire de candidats en course, cette fois-ci, l’embarras se limitera entre le duo de la continuité et les deux autres qui aspirent à servir autrement.
De toutes les façons, dès aujourd’hui, la campagne est officiellement lancée et selon les projets de société vantés aux électeurs, il plaira aux citoyens de classer les duos de candidats suivant des critères de mérite dans le cadre de la gestion du pouvoir d’Etat. Forcément, les plus appréciés se révèleront dans les urnes et les décriés n’auront que leurs yeux pour constater les dégâts. Bref, d’ici deux semaines, les électeurs auront eu le temps d’écouter les trois duos et d’être convaincus par l’un deux. Et, puisque les choix sont très souvent relatifs, autant bien tendre ses oreilles et s’assurer qu’en amont, le travail se fait sous de meilleurs auspices. En définitive, l’heure de l’écoute des électeurs a sonné. Parole donc aux candidats. Pourvu tout simplement que leur discours soit clair et rassurant.





Dans la même rubrique