Programme culturel et mémoriel sur la restitution des biens : la bonne santé du partenariat Unesco-Bénin avérée

La rédaction 2 septembre 2022

Patrice Talon, président de la République était en audience avec Audrey Azoulay, directrice générale de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) le mardi 30 août dernier à Paris. Une audience à l’issue de laquelle, le chef de l’Etat a rassuré sur la bonne santé du partenariat entre l’Unesco et le Bénin.

Faire de la culture le deuxième levier de développement. Cette volonté du chef de l’Etat contenue dans le second volet du Programme d’actions de son gouvernement se réalise et suit son cours. La réalisation d’un programme d’une telle envergure passe forcément par des partenariats susceptibles de bien se porter. Patrice Talon en est bien conscient. Et c’est sans doute pour traduire à travers les actes cette volonté que l’audience du président de la République avec Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco tenue au détour de sa participation à l’édition 2022 de la rencontre des entrepreneurs de France a été opinée. Si l’audience se veut une occasion pour s’assurer que le partenariat entre l’Unesco et le Bénin se porte plus que bien, il n’en demeure pas moins que des jalons soient posés dans ce sens pour s’assurer de sa consolidation en vue de l’espérer pour d’autres réalisations. C’est fort de cela qu’au sortir de l’audience, Patrice Talon fait remarquer que : « l’Unesco nous a accompagnés ces derniers temps dans la définition de notre programme culturel notamment mémoriel sur la restitution des biens avec beaucoup d’efficacité ». Et pour preuve, la participation du président Talon en 2018 au plateau qu’a organisé l’Unesco, qui a été une occasion pendant laquelle le Bénin a pu exprimer sa vision dans ses mots notamment ce qu’il attend de la société française en ce qui concerne la restitution de ces biens. Et cela a porté, et tout le monde connaît la suite. A cette occasion, Le chef de l’Etat ne s’est pas empêché non plus de rappeler qu’« au-delà de cela, sur tous nos programmes éducatifs, nous avons un beau programme qui est en cours avec l’Unesco et les équipes travaillent d’arrache-pied de manière satisfaisante ». Nul doute que cette suite est celle qui est empreinte du retour des 26 biens royaux connus de tous.

Un associé privilégié pour d’autres programmes
Et si par un partenariat, un aboutissement aussi historique que satisfaisant a été au rendez-vous, c’est avec conviction qu’à travers le management du président Patrice Talon, l’Unesco, partenaire digne de confiance soit vue comme associée privilégiée dans la réalisation d’autres programmes dont le niveau d’avancement est prouvé en matière des échanges et d’ordre technique. C’est d’ailleurs dans cette même veine que le chef de l’Etat a indiqué que : « sur le programme du musée de l’épopée des amazones et des rois du Bénin, l’Unesco est à nos côtés, techniquement et structurellement. Et depuis, les échanges sont assez loin dans le montage du dossier sur la situation technique et sur les éléments techniques même de ce musée. Je viens d’apprendre que les derniers visas vont bientôt arriver, de sorte que nous puissions, in fine, lancer ce programme ». C’est dire qu’il y a de quoi se sentir fier. Un partenariat en bonne marche qui se porte plus que bien. Il serait souhaitable que la bonne santé de ce partenariat soit non seulement pérenne jusqu’au-delà de la gestion d’Etat sous la Rupture mais que les retombées aussi puissent être visibles pour le bonheur de la nation. Le pays gagnerait aussi si la bonne santé du partenariat s’étend à d’autres domaines. C’est certainement dans cette logique que s’inscrit le président de la République quand il a signalé que : « Ce sera pour notre mérite commun. J’ai hâte que cela soit visible pour la gloire de l’Unesco comme partenaire essentiel du Bénin dans ce domaine ». A coup sûr, la droite ligne du Bénin Révélé passerait par là.
Fidégnon HOUEDOHOUN





Dans la même rubrique