Projet Arch : Plus de 500 patients déjà traités

Patrice SOKEGBE 30 septembre 2019

Le Projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) est déjà dans sa phase active et fait des heureux dans le rang des Béninois. Deux mois environ après le lancement officiel par le Gouvernement de la rupture, plus de 500 patients ont déjà été reçus et traités avec succès dans le cadre de cette phase pilote. Ce constat a été fait suite à la descente de la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance Véronique Tognifode Mewanou et son collègue de la Santé, Benjamin Hounkpatin, dans l’après-midi de ce jeudi 26 Septembre 2019, dans deux formations sanitaires de la Commune d’Abomey-Calavi. A l’hôpital de Zone de Calavi comme au Centre de Santé d’Akassato, ces autorités ont apprécié le déroulement de la phase pilote et ont d’ailleurs pu échanger avec des patients bénéficiaires d’une prise en charge gratuite qui ont dit leur satisfaction. Aussi ont-ils fortement salué l’implication des Centres de Promotion Sociale (CPS) dans la sensibilisation des populations à la base « Nous avons échangé avec des patients bénéficiaires de cette assurance et qui ont partagé leur joie avec nous. Avec les prestataires de santé aussi, nous avons discuté pour voir comment s’effectuait le remplissage de fiches de soins, des fiches de suivi et s’ils avaient une certaine disponibilité de ces outils ainsi que des médicaments. C’est vrai, il y a eu quelques petites imperfections mais qui sont corrigées au fur et à mesure. C’est une phase pilote prévue pour durer 6 mois et qui va s’étendre à d’autres zones sanitaires. Globalement, on est satisfait... », a dit Véronique Tognifode Mewanou. A en croire Benjamin Hounkpatin, il y a également quelques dysfonctionnements qui ont été corrigés par l’équipe de la zone sanitaire. « C’est d’ailleurs l’un des objectifs de cette phase pilote. Il s’agit d’identifier les dysfonctionnements qu’il pourrait y avoir et de les corriger pour qu’en faisant l’extension, on puisse les répliquer. Pour ma part, au niveau du système sanitaire, ça se passe globalement bien. La première phase d’extension de la phase pilote vers Dassa-Glazoué et Djougou, Ouaké-Copargo pourrait bénéficier de l’expertise et de l’expérience de ce qui s’est passé à Abomey-Calavi Sô Ava », a-t-il indiqué. Le début de la mise en œuvre de ce projet n’était pas aisé pour le Médecin Coordonnateur de la zone sanitaire d’Abomey Calavi-So Ava Dr Rodrigue Cohoun et son équipe. « Mais après les deux premières semaines, nous avons eu à faire de la mobilisation sociale autour de la question pour que les gens puissent comprendre le paquet couvert par l’ARCH ; ce que c’est d’ailleurs que le volet Assurance maladie, les paquets qui sont couverts et comment le mécanisme fonctionne. A partir de cette sensibilisation, nous constatons de moins en moins ces cas de déviances », a-t-il relevé.



Dans la même rubrique