Projet de budget général de l’Etat, 2023 : Adambi, Ladékan, Kouaro et Quenum devant la Commission budgétaire

Karim O. ANONRIN 22 novembre 2022

Quatre membres du gouvernement étaient ce lundi 21 novembre 2022 devant la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude du Projet de budget général de l’Etat, gestion 2023. Il s’agit du Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, du Ministre des enseignements secondaire, technique, et de la formation professionnelle, Yves Chabi Kouaro, du Ministre de l’eau et des mines, Samou Adambi et du Ministre de la justice et de la législation, Sévérin Quenum.

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : 85 619 888 000 Fcfa

Le projet de budget du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour l’année 2023 est estimé à 85 619 888 000 Fcfa contre 71 522 209 000 Fcfa en 2022, soit une augmentation de 19,71%
Ce budget 2023 devrait permettre d’asseoir et de poursuivre les réformes prioritaires du sous-secteur de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en phase avec le programme d’actions du gouvernement. Ce projet de budget s’articule autour de quatre programmes à savoir le Programme Pilotage et soutien aux services du MESRS, le Programme Enseignement supérieur, le Programme Recherche scientifique et innovation et le Programme Vie de l’étudiant.
Les principaux défis à relever à travers ces différents programmes sont : L’évaluation des enseignants à travers la mise en place des organes de contrôle de leurs prestations, la qualité de l’enseignement, la pertinence des programmes et l’éthique dans les universités, le développement des compétences pour une meilleure employabilité des diplômés sortis des Universités, la consolidation du cadre institutionnel et organisationnel du système national de la recherche en science, technologie et l’innovation, le renforcement des infrastructures (administratives, pédagogiques, laboratoires et résidences) avec des équipements modernes.
Quant aux priorités du ministère pour l’année 2023, elles portent sur la mise en place d’un régime de gouvernance des universités publiques, du statut particulier du personnel enseignant incluant un mécanisme d’évolution hors hiérarchie et de maintien en activité après l’âge limite d’admission à la retraite (éméritat) , la mise en place d’un programme de bourses d’études favorisant les filières scientifiques , l’instauration des mesures spécifiques d’incitation à la recherche et à l’innovation , la mise en œuvre de la délégation des prestations des œuvres sociales universitaires au secteur privé, la construction et l’équipement des infrastructures modernes (pédagogiques, laboratoires et résidences) au profit des étudiants et enseignants, pour ne citer que celles-là.

Ministère des enseignements secondaire, technique et de formation professionnelle : 189.727.844.000 Fcfa

Le projet de budget du Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle pour l’année 2023 est estimé à 189.727.844.000 Fcfa contre 143.621.171.000 Fcfa en 2022 soit une augmentation de 32,10%. Les dépenses de fonctionnement sont estimées à 31.593.172.000f. Les dépenses en capital représentent 34,40% du budget contre 23% en 2022 ; ce qui traduit la volonté du gouvernement avec l’appui des partenaires techniques et financiers d’investir massivement pour la mise en œuvre de la stratégie de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle. Entre aux actions à mener au cours de l’année 2023 par le ministère, il y a la poursuite de la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle, la finalisation et la vulgarisation de stratégie nationale de l’enseignement secondaire général, la formation initiale et continue des enseignants ACDPE, le renforcement et l’encadrement spécifique des AME, la mise à jour et le complément des fonctionnalités de la plateforme EducMaster, la construction de 6 lycées scientifiques et de 2 écoles normales scientifiques. On a aussi la poursuite des travaux en vue de l’achèvement des 663 modules de 4 salles de classes et des 225 blocs de latrines à 4 cabines dans les départements de l’Ouémé, du Borgou, des Collines, du Zou, de l’Alibori et du Plateau, la construction du lycée technique de Bohicon.

Ministère de l’eau et des mines : 85.170.817.000 Fcfa

Le projet de budget du ministère de l’eau et des mines pour le compte de l’année 2023 est estimé à 85.170.817.000 Fcfa contre 74.448.532.000 Fcfa en 2022 soit un taux d’accroissement de 14,41%. Ce budget est réparti en dépenses ordinaires à hauteur de 2.052.606.000 Fcfa et les dépenses en capital sont d’un montant de 82.127.211.000 Fcfa. Ce budget permettra de mener des actions telles que la promotion de l’accès à l’assainissement des eaux usées et pluviales en milieu urbain, le suivi des activités de projet de construction et d’exploitation du pipeline export Bénin-Niger sur toute l’étendue du territoire national, la restructuration du secteur minier, la poursuite des travaux de renforcement des systèmes d’alimentation en eau dans 7 villes du Bénin non encore couvertes par la SONEB, l’amélioration de la disponibilité de l’eau en quantité et en qualité pour les activités de production, la finalisation des études ADS, APD pour le démarrage des travaux de renforcement des systèmes en eau potable dans 60 villes faiblement couvertes, l’amélioration du cadre de gestion pour une bonne gouvernance de l’eau.

Ministère de la justice et de la législation : 20.506.226.118 Fcfa

Le projet de budget du ministère de la justice, de la législation et des droits de l’homme pour l’année 2023 est d’un montant de 20. 506.226.118 Fcfa. A l’exception du projet d’appui à l’amélioration de l’accès à la justice et à la reddition des comptes cofinancés par le budget national et le PNUD dont le terme est prévu pour le 31 décembre 2023, le ministère ne dispose plus de projets dans son portefeuille d’investissement public au titre de l’année 2022. Dans le cadre de la poursuite des actions de réformes entamées par le ministère, trois nouveaux projets sont inscrits au programme d’investissements.





Dans la même rubrique