Proposition de loi portant interdiction des sachets plastiques : Douaniers, magistrats et autres corps constitués sensibilisés

Karim O. ANONRIN 21 août 2017

Nouvel acte du Ministère du cadre de vie et du développement durable (Mcvdd) dans son optique de sortir du quotidien des Béninois, l’utilisation des sachets plastiques. Après les députés à Dassa-Zoumé, ce sont les douaniers, magistrats, auxiliaires de justice et policiers de l’environnement qui ont été conviés à l’hôtel ’’Viga’’ de Bohicon pour s’imprégner de la proposition de loi portant interdiction de la production, de la détention, de la distribution et de l’utilisation des sachets plastiques en République du Bénin. Le conclave du vendredi dernier, en plus de souligner les évidents impacts socio-sanitaires, économiques et environnementaux de l’usage des sachets plastiques et qui prouvent l’opportunité et l’utilité de la proposition de loi introduite à l’hémicycle, a aussi permis à la Direction générale de l’environnement et du climat, sous tutelle du Ministère du cadre de vie, de procéder à la présentation des emballages biodégradables, l’alternative éco-citoyenne pour emballer et transporter nos produits du quotidien. Selon certaines études, les sachets plastiques fabriqués en une seconde, servent en moyenne 20 minutes, durent 200 à 400 ans avant d’être totalement dégradés et libèrent lors de leur cycle de dégradation, des molécules d’hydrocarbures toxiques dans l’environnement. Face à cet état de choses, a plaidé Martin Aïna, Dg de l’environnement et du climat, les habitudes des consommateurs doivent commencer par changer à travers l’adoption de sacs réutilisables et des emballages biodégradables qui sont des sacs en papier, en jacinthe d’eau, en coton, en raphia. Le Bénin était longtemps attendu, affirme Florentin Gbodou, Procureur de la République près le Tpi de Porto-Novo, sur la problématique des sachets plastiques. Et le pas le plus important, se réjouit l’homme de droit, réside en cette loi laissée à l’appréciation des députés. Pour optimiser les résultats de cette lutte contre les sachets plastiques, la douane est appelée à contribution. Et elle jouera pleinement sa partition, rassure le lieutenant de douane Didier Houndjo, parce que disposant de moyens et de stratégies adéquats. Les sachets plastiques sont devenus indésirables au Bénin, semble dire le Ministère du cadre de vie qui active depuis un moment maintenant, tous les leviers nécessaires pour les bouter hors du pays.





Dans la même rubrique