Publication de vidéos de fraudes électorales : Le Gouvernement dénonce des sabotages du scrutin

Fulbert ADJIMEHOSSOU 14 avril 2021

Trop flagrant pour être vrai. C’est ce qu’il convient de retenir, dans un langage courant des explications du Gouvernement au sujet des vidéos de fraudes électorales qui circulent sur les réseaux sociaux. Ce sont en effet des images montrant dans des bureaux de vote des agents ou des citoyens estampillant des bulletins de vote. Les concernés ont vraisemblablement conscience qu’ils sont filmés. D’où la possibilité d’une simulation pour discréditer le scrutin selon Wilfried Léandre Houngbédji, Directeur de la Communication de la Présidence de la République. «  Ces agissements heureusement isolés sont si ostentatoires et grotesques qu’il est clair pour nous qu’un acte de fraude ne peut s’organiser de façon aussi flagrante. Nous sommes plutôt en présence d’une opération montée de toute pièce pour tenter de discréditer le processus. Au regard des circonstances de leur commission, ces actes n’ont manifestement pas pour objectif de faire du bien à leur bénéficiaire mais plutôt de nuire au processus », a-t-il dénoncé. Même point de vue de la part du Ministre de la Communication, Alain Orounla : « Cet acte évidemment est la conséquence des appels au sabotage lancés certes par des compatriotes et qui ont démontré qu’ils sont des ennemis de la démocratie ». Il fait d’ailleurs le lien avec les protestations contre l’organisation du scrutin. Pour le Gouvernement, ces vidéos ont été réalisées à dessein. Des poursuites sont donc annoncées. « Que nous soyons en présence de fraudes effectives ou de simulations de fraudes, ce qui s’est passé est tellement grave pour ne pas être sanctionnés. J’ai déjà instruit les procureurs territorialement compétents pour faire ouvrir immédiatement des enquêtes à l’effet de savoir les circonstances dans lesquelles ces images ont été enregistrées », a dit Sévérin Quenum pour qui, s’il est établi qu’il y a eu des fraudes ou que les personnes ont simulé ces bourrages d’urnes pour discréditer le scrutin, les auteurs seront déférés devant les parquets pour être jugés conformément à la loi.





Dans la même rubrique