Qatar : Quand la corruption devient une seconde nature

27 décembre 2022

Qatar, c’est un nom auquel nous commençons à être habitués. Difficile de dire si c’est le gigantisme de ses tours qui jette le projecteur sur ce pays où les nombreux scandales qui ont entouré l’organisation de la plus prestigieuse des compétitions de foot, la coupe du monde. Pour mieux comprendre la notoriété dont jouit ce pays, il convient de remonter quelques peu le temps. Un peu d’histoire ne nous fera guère du mal. Ainsi, le 2 décembre 2010 à Zurich, à l’issue du vote des 22 membres du Comité exécutif de la FIFA, le Qatar a obtenu l’organisation de la coupe du monde pour l’édition 2022 à la surprise générale du monde. On comprendra pourquoi des années plus tard. Même si cette compétition est désormais de l’histoire ancienne, le débat entourant son attribution ne s’est pas volatillisé pour autant. Alors que, le monde pensait s’acheminer vers la fin de ces controverses avec l’épilogue de cette compétition, coup de pocket, on apprend avec stupéfaction un rebondissement. Ainsi, apprend-on que le pays hôte de la coupe du monde se serait à nouveau rendu coupable de fait de corruption. On n’aurait pas tort de dire que ça commence à être trop. Cette fois le pays des émirs se serait offert à coup de pot de vin le service de certains élus du parlement européen, l’antre de la démocratie. Quand on regarde de plus près, difficile de ne pas être inquiète , il s’agit là des donneurs de leçon par excellence. Eh oui, il semblerait que le petit Etat du golfe vient de mettre à mal l’un des principes phare de la déontologie de l’Europe. Et si l’ordre mndial était entrain de changer. Jadis, le Qatar n’était qu’un petit pays sans véritable enjeux. Comme quoi, les ressources sont un avantage non considérabe dans la course au développement. Cela dit c’est le cas lorsque les ressources sont bien gérées. Certains Etats africains pourraient en prendre de la graine.

Qatar, un pays en quête de puissance
Dans un monde ou les rapports de force sont en perpétuelle mutation, le Qatar entend se positionner comme un acteur sur lequel il va falloir compter au sein du Moyen Orient. Et ceci malgré la présence d’autres acteurs comme l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabe Unis. Si vous vous demandez les raisons qui ont motivé ce pays à investir autant d’argent dans l’organisation de la coupe du monde, la raison est toute simple, se révéler une fois pour toute au monde. Cette vélléité de puissance justifie en partie tous les éxcès qu’on a vus tout au long de cette grande messe du football. A l’heure du bilan, on peut se demander si une coupe du monde est plus importante qu’une vie humaine . A priori non. Si notre humanité est toujours d’actualité, une pensée pour des ouvriers qui ont perdu leur vie dans l’organisation de cette compétition. Rien ne peut valoir une vie humaine même pas l’organisation de la plus prestigieuse des compétitions.
Miguel GOUNOU (Coll)





Dans la même rubrique