Rencontre Yayi-Amoussou : Les inquiétudes de l’UN

Arnaud DOUMANHOUN 12 mars 2014

Le bureau politique de l’Union fait la nation (Un) a consacré sa séance du mardi 11 mars 2014, à l’analyse de la situation sociopolitique nationale, à partir du compte rendu de la rencontre entre le Chef de l’Etat et son leader charismatique Bruno Amoussou, intervenue 24 heures plus tôt. Tout en approuvant cette démarche du président Boni Yayi, l’Un émet des réserves et appelle à la mise en œuvre ‘’urgente’’ d’une nouvelle politique de gouvernance, condition sine qua non pour la restauration rapide d’un climat de paix. ‘’ Le Bureau politique salue cette démarche du Chef de l’Etat qui lui permet d’élargir et de diversifier sa perception de la situation nationale pour mieux en apprécier la gravité, mais craint que cette rencontre ne soit qu’une opération de communication’’.

Le bureau politique de l’UN exprime ses doutes sur la démarche de Yayi vers Amoussou

Communiqué du Bureau Politique
Le Bureau politique de l’Union fait la Nation s’est réuni le 11 mars 2014. Il a consacré cette séance à l’analyse de la situation politique et sociale nationale après avoir pris connaissance du compte-rendu de l’entretien qu’a eu, à son domicile, le président de l’Union, Bruno Amoussou, avec le Président de la République Boni Yayi le 10 mars 2014.
Le Bureau politique salue cette démarche du Chef de l’Etat qui lui permet d’élargir et de diversifier sa perception de la situation nationale pour mieux en apprécier la gravité. Il regrette cependant qu’une telle visite n’ait pu faire l’objet d’une préparation à cause de la soudaineté de son annonce, tard dans la nuit précédant sa tenue.
Le Bureau politique craint que cette rencontre ne soit qu’une opération de communication. Il souligne que la mise en œuvre urgente d’une autre politique que celle suivie jusqu’à ce jour reste la condition de la restauration rapide d’un climat de paix dans le pays.
Il insiste donc sur la conclusion urgente des négociations avec les organisations syndicales des travailleurs, afin d’éviter le drame d’une « année blanche ». Le Bureau Politique insiste particulièrement sur :
- les dispositions concrètes qui garantissent la jouissance des libertés et le respect scrupuleux des décisions de justice ;
- la prise de mesures à l’encontre des auteurs d’entrave à la jouissance de ces libertés ou d’actes de violence ;
- la mise en œuvre de dispositions pratiques destinées à assurer la sécurité des citoyens, notamment ceux d’entre eux qui assument des responsabilités publiques. Aussi, le communiqué en date du 10 mars 2014 du Ministre de l’intérieur relatif à un projet d’enlèvement d’un syndicaliste constitue-t-il un élément de graves préoccupations qui préfigure une démission annoncée du gouvernement devant ses responsabilités ;
- l’annulation des résultats du concours controversé de recrutement des agents pour le ministère des finances et des dispositions nouvelles garantissant plus de rigueur et de transparence dans l’organisation des concours au Bénin ;
- la restauration d’un climat de confiance dans les relations entre le gouvernement et ses partenaires nationaux ou étrangers : travailleurs, chefs d’entreprise, investisseurs ;
Le Bureau politique voudrait se convaincre que cet entretien avec le Chef de l’Etat va ouvrir enfin les médias publics aux forces d’opposition, en ces lendemains de la tenue des états généraux de la presse qui, autrement, n’auront été qu’un défouloir offert aux journalistes.
Le Bureau politique renouvelle son appel au peuple pour une mobilisation générale qui seule peut garantir la démocratie, l’Etat de droit et la bonne gouvernance indispensables à la promotion des intérêts de tous.
Fait à Cotonou le 11 mars 2014





Dans la même rubrique