Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Saturation de l’actuel cimetière municipal de Parakou : Charles Toko lance un S.O.S au gouvernement et aux bonnes volontés

JPEG - 103.2 ko

L’actuel cimetière municipal de Parakou n’est plus en mesure d’abriter de nouveaux corps. Tels sont les propos du maire Charles Toko, à la faveur d’une descente effectuée hier matin sur le site du cimetière Guèma, le tout nouveau cimetière construit pour la commune. Etaient également présents, le Premier Adjoint au Maire, le Chef du troisième arrondissement, certains conseillers locaux, le Directeur du Cabinet et les techniciens de la Dst. Depuis ce site, le maire a lancé un cri de cœur à l’endroit du gouvernement et de toutes les bonnes volontés pour la construction de nouvelles infrastructures pour abriter les corps. Selon Charles Toko, cet appel fait suite à un constat qui fait froid dans le dos. En effet, les populations n’hésitent pas à casser les tombes existantes pour y inhumer leurs morts au cimetière de Sinangourou. A en croire le maire, ces populations manipulent les ossements sans aucune protection, ce qui les expose à de graves maladies.
Cette situation a longtemps perduré, et le maire a décidé d’y mettre fin. Pour ce faire, la mairie a identifié un espace d’une superficie de 5 hectares au quartier Guèma dans le 3èmearrondissement. Ensuite, elle a entièrement clôturé le site qui doit abriter le cimetière chrétien et musulman. La seule difficulté, selon le maire, c’est la viabilisation des lieux et la construction de deux morgues proches du cimetière. « Ce sont de grands travaux qui nécessitent un lourd investissement. La commune n’a pas assez de moyens ». Pour cela, il sollicite l’appui technique et financier du Gouvernement et des bonnes volontés pour la réalisation de ces infrastructures. « L’objectif à terme est non seulement d’avoir des cimetières spacieux, bien aménagés et viabilisés mais aussi d’ériger deux grandes morgues pour conserver les corps en attendant l’inhumation. L’actuelle morgue aussi est surpeuplée et n’est plus adaptée aux besoins de la ville au regard de la taille de la population parakoise », a dit le Charles Toko.
A. Wahabou ISSIFOU (Stag)

21-02-2018, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : Abonné à la filière Compact !
18-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
Encore un de plus. Un nouveau geste pour témoigner d’une gouvernance appréciée au-delà des frontières. Cette fois-ci, directement des Etats-Unis, la (...) Lire  

En vérité : L’Ecole dans tous ses états (...)
18-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
En vérité : Le côté institutionnel des législatives
17-12-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Pour le vote…Nos cartes !
17-12-2018, Angelo DOSSOUMOU
En toute sincérit : Statut WhatsApp !
14-12-2018, Naguib ALAGBE
En vérité : Le combat contre la saleté
13-12-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 3000

Affaire Icc-Services : Les déclarations de Koupaki devant la (...)
18-12-2018, La rédaction
La cour : Monsieur le ministre d’Etat, Icc-Services a retenu votre attention en mai 2010. Après vous avez fait savoir (...)  

Affaire Icc-Services : Le film de l’audience à la CRIET
18-12-2018, Karim O. ANONRIN
Depuis hier lundi 17 décembre 2018, tous les regards sont tournés vers la Cour de Répression des Infractions (...)  

Guy Akplogan : "Personne ne nous avait dit qu’on avait besoin (...)
18-12-2018, La rédaction
Cour : Qu’est-ce que vous avez à dire par rapport aux déclarations du ministre Koupaki ? Il a dit sa vérité M. le (...)  

Arrêt n°103/17 du 06 mars 2017 : Accès n° 001/QG-016
18-12-2018, La rédaction
Ministère public contre Akplogan Guy Athanase Sètondji et autres. Inculpés de : Associations de malfaiteurs, (...)