Sécurisation des domaines publics au Bénin : Le triste record de la mafia foncière battu à Abomey-Calavi

Adrien TCHOMAKOU 15 février 2022

La mafia foncière à Abomey-Calavi. Voilà le mal qui ternit l’image de marque de cette ville à statut particulier et la plus peuplée du Bénin. Depuis l’avènement de la décentralisation, elle a enregistré une série de scandales domaniaux notamment sous le régime Yayi durant lequel, nombre de scandales ont été découverts suite à un audit commandité par le Régime Talon et surtout aux différentes plaintes et dénonciations des uns et des autres. Des scandales domaniaux qui d’ailleurs ont rattrapé les trois anciens maires d’Abomey-Calavi, des acteurs politiques et cadres de la mairie, des propriétaires terriens et acheteurs de parcelles dans ladite localité. Résultat, plus d’une trentaine d’autorités sont poursuivies devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) à Porto-Novo et le Tribunal de première instance de deuxième classe d’Abomey-Calavi pour cession et acquisition illégales de parcelles. Des faits qui donnent matière à réflexion face au triste constat des autorités au plus haut niveau de la commune d’Abomey-Calavi qui en sont arrivées à se distribuer des domaines publics comme de petits pains. En effet, au cours des quinze dernières années sous les maires Liamidi Houénou de-Dravo, Patrice Hounsou-Guèdè et Georges Bada, la commune d’Abomey-Calavi a été le théâtre des tripatouillages de parcelles, du morcellement et de la cession à vil prix des domaines publics ou réserves administratives. C’était du gangstérisme au sommet de la commune, dortoir de la métropole Cotonou. Ainsi, une forte machine de mafia foncière a, durant tout ce temps, défié toute la République.

39 hectares coincent Georges Bada en prison
Pour rappel, la mafia foncière a eu raison de Georges Bada coincé dans les liens de la justice béninoise. On se souvient encore que sous sa mandature, ce maire, dans l’optique de la mise en exécution du jugement rendu en faveur de dame Kpohinto Zoungnon Zossou Houéto Ganviéhouétin, a balayé du revers de la main une décision de justice. Il a fait retirer la plainte de son prédécesseur, Patrice Hounsou-Guèdè avant d’engager le processus de dédommagement de cette dame, nonobstant l’ordonnance du juge d’instruction. Georges Bada et plusieurs conseillers communaux ont été déposés en prison, le lundi 7 décembre 2020, pour des faits d’association de malfaiteurs, escroquerie et abus de fonctions. Et comme l’avait dit Claude Djankaki, “c’est un dossier à rebondissements qui comporte des non-dits et dont la suite sera lourde de conséquences pour les personnes impliquées”. Georges Bada a été finalement condamné à six ans de prison ferme. Mais son état de santé étant défaillant, il est à cheval entre l’hôpital et la prison.

Patrice Hounsou-Guèdè, une liberté sans quiétude
Et puisque chaque ancien maire d’Abomey-Calavi doit récolter le fruit de sa mafia foncière, Patrice Hounsou-Guèdè fait également les frais de sa gestion sur ce plan. Il a épuisé une bonne partie de sa peine en prison avant de recouvrer sa liberté. De toute façon, Patrice Hounsou-Guèdè doit tirer leçon de ce qui lui est arrivé.

De nouvelles charges contre de-Dravo
Toujours par rapport à la gestion foncière à Abomey-Calavi, l’ancien maire de la commune d’Abomey-Calavi, Liamidi Houénou de-Dravo est aussi tombé dans les liens de la justice. Pire, après une première affaire dans laquelle il est cité, il n’est pas au bout de ses peines avec une autre qu’il doit aussi élucider. Car, il aurait suffi qu’il soit retenu dans les liens de la justice pour que d’autres plaignants surgissent. De sources concordantes, Liamidi Houénou de-Dravo aurait agi inconsciemment dans le dossier l’ayant amené en prison. Vrai ou faux ?
Nous y reviendrons.





Dans la même rubrique