Session du Conseil supérieur de la magistrature : Justin Gbènamèto réhabilité ce jour

Moïse DOSSOUMOU 23 juillet 2018

Justin Gbènamèto retrouve le sourire. L’ancien procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou, devenu célèbre grâce aux affaires dites de tentative d’empoisonnement sur la personne du chef de l’Etat et d’atteinte à la sûreté de l’Etat qui ont défrayé la chronique courant 2012-2013, sera réhabilité ce jour dans sa fonction de magistrat. Suspendu par le Conseil supérieur de la magistrature en octobre 2013 pour une durée de trois mois, l’homme sera finalement radié en janvier 2014. Le motif de cette sanction plutôt lourde qui lui a été infligée à l’époque est lié à des présomptions de corruption. Depuis qu’il a écopé de cette peine, l’ancien procureur de la République a semblé jeter les armes pour se consacrer à une autre activité. A présent, il revient de fort belle manière au-devant de la scène.
Des suites des récentes modifications intervenues dans la loi organique portant Conseil supérieur de la magistrature, de nouvelles personnalités font leur entrée au sein de ce prestigieux organe. Nommés par décret n°2018-323 du 19 juillet 2018, Félix Dansou Dossa, Michel Dassi, Prosper Moreti et Sikirath Aguèmon et leurs pairs se pencheront ce jour sur le cas de Justin Gbènamèto. Il faut croire que depuis sa radiation, le mis en cause n’a pas reçu une notification de la sanction prise à son encontre. Chose étonnante, de janvier 2014 à ce jour, Justin Gbènamèto a perçu régulièrement son salaire de magistrat. Bien qu’étant à la touche, il a toujours bénéficié des avantages liés à cette fonction. Ne pouvant laisser prospérer une telle situation et au vu des vices qu’a connus la procédure, la nouvelle version du Conseil supérieur de la magistrature qui siège pour la première fois aujourd’hui décidera de la réhabilitation de Justin Gbènamèto.
L’homme sera donc admis sous peu à réintégrer son milieu professionnel et à prêter ses compétences à l’Etat béninois, partout où besoin sera. Bientôt, la parenthèse de sa radiation ne sera pour lui qu’un mauvais souvenir.





Dans la même rubrique