Sommet de l'UA : Talon au Rendez-vous de l’histoire avec la Zlecaf

La rédaction 8 juillet 2019

Le chemin aura été long. Mais, avec le Bénin et le Nigéria, la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (Zlecaf) prend corps et porte de beaux jours pour le commerce africain. Ne voulant pas manquer ce rendez-vous historique de l’intégration africaine, Patrice Talon a fait adhérer le Bénin par la ratification de l’accord sur la Zlecaf. C’était hier à Niamey dans le cadre du Sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine consacré à cet accord. Environ 4 500 délégués et invités, dont une trentaine de chefs d’États et une centaine de ministres étaient présents pour l’événement qui marque selon le Président Nigérien, le renouveau, un pas décisif dans la vie du continent. « L’entrée en vigueur de la zone de libre-échange africaine est l’évènement le plus important dans la vie de notre continent depuis la création de l’Organisation de l’Unité Africaine et sa transformation en Union Africaine », a déclaré Mahamadou Issoufou, président du Niger.
Très engagé pour la conquête d’investisseurs, Patrice Talon, par cette signature a voulu faire bénéficier les enjeux de cet accord au Bénin. En réalité, attendu pour favoriser le commerce au sein du continent et attirer des investisseurs, la Zlecaf présente des enjeux importants. Sa mise en œuvre permettra d’augmenter de près de 60 % d’ici 2022 le commerce intra-africain. Ce marché "historique" sera actif d’ici 2020 devra faciliter les échanges, lever les barrières douanières, faire de l’Afrique le plus grand marché au monde avec 1.2 milliards de consommateurs réguliers et concrétiser un des vœux chers aux pères fondateurs de l’Union Africaine. Le Bénin témoigne donc de sa volonté d’œuvrer pour une économie d’intégration qui envisage atteindre 25% à l’horizon 2023 dans la balance du commerce mondial.





Dans la même rubrique