Tournée du chef de l’Etat à Savè et dans tout le septentrion : Priorité à la réconciliation, au jeu démocratique et au développement

Angelo DOSSOUMOU, Isac A. YAÏ 18 novembre 2020

Du jeudi dernier à hier, six jours de tournée présidentielle à l’intérieur du pays. Beaucoup d’annonces, de promesses et d’engagements. Mais, l’essentiel à retenir de cette première phase de la descente sur le terrain du président Patrice Talon et ses rencontres avec les populations de Savè, Tchaourou, Parakou, Kalalé, Banikoara, Nikki, Malanville, Kérou, Boukoumbé, Kouandé, Natitingou, Djougou, Bassila etc, ce sont les priorités données au pardon, à la réconciliation, à des élections inclusives et au développement des différentes localités parcourues. Evidemment, nombre de villes du septentrion et celle des trois mamelles ont cette réputation d’être hostiles au régime en place surtout après les législatives exclusives de mai 2019 et la crise post-électorale avec son lot de victimes. Ceci dit, durant ce périple particulier, au-delà des satisfactions enregistrées et notées quant aux réalisations sociocommunautaires, il était tout à fait normal que le message de la paix, du pardon et de la réconciliation prime sur tout autre chose.
Ainsi, aura-t-on noté que dans cet esprit, devant les forces vives de Tchaourou, le chef de l’Etat a rassuré que l’heure de la réconciliation a sonné. A Parakou quelques heures plus tard, il dira : « j’ai pardonné, l’Etat a pardonné, la République a pardonné, c’est à vous de pardonner ». Aussi, au cours de son escale dans la cité de Kobourou, il a été question de la médiation des sages pour une réconciliation avec son prédécesseur au palais de la Marina. Mieux, des garanties ont été données par le premier magistrat afin que Les Démocrates, parti auquel s’identifie actuellement l’ex-président Boni Yayi entre enfin en possession de son récépissé d’enregistrement jusqu’ici dans les tiroirs du ministère de l’intérieur. Pour tout couronner, et donner plus de chance à la paix des braves, il a été également question d’élection présidentielle inclusive en 2021. Cela suppose, même si le critère des parrainages serait toujours d’actualité, que des diligences seront faites pour favoriser la présence de l’opposition radicale représentée par Les Démocrates dans le starting-block de la course à la Marina en avril prochain. En somme, une série de promesses que les populations attendent de vérifier par elles-mêmes dans les tout prochains jours.
Par contre, de Savè à Djougou en passant par Natitingou, Malanville, les populations n’ont pas eu besoin d’autres preuves du dynamisme de la gouvernance Talon que ses nombreuses œuvres notamment dans les secteurs de l’énergie, de l’hydraulique, des routes principales et secondaires…Et par rapport à ce volet de la gouvernance de la Rupture, à presque toutes les escales du périple de l’actuel locataire de la Marina, l’unanimité est faite sur le travail abattu et le changement notable apporté aux visages de la plupart des villes. Cependant, pour un Bénin uni et prospère, d’autres défis attendent d’être relevés.
D’ailleurs, le septentrion bouclé, il faudra dès la reprise de la tournée du chef de l’Etat à travers les prochaines localités à visiter, servir des discours différents. Les priorités n’étant pas les mêmes pour toutes les populations, sans doute, pour la suite de sa tournée, les Béninois auront droit à un Patrice Talon plus focalisé sur son bilan économique et infrastructurel et sur les chantiers qu’il entend engager pour donner plus de relief à la gouvernance du Nouveau départ. Dans la perspective de la prochaine présidentielle, tout ceci est tout simplement de bonne guerre.





Dans la même rubrique