Une semaine après le verrouillage des frontières nigérianes : Talon a-t-il réussi à rassurer Buhari ?

Isac A. YAÏ 29 août 2019

Muhammadu Buhari et Patrice Talon ont échangé. C’est une certitude maintenant que le verrouillage des frontières nigérianes préoccupe les deux chefs d’Etat. En marge du 7ème sommet de la Ticad qui s’est déroulé au Japon, les deux chefs d’Etat ont échangé sur le sujet. Au lendemain de la prise de cette mesure, les deux hommes s’étaient déjà entretenus au téléphone. Réunis au Japon, ils en ont profité pour faire d’une pierre deux coups. Tant mieux pour les économies des deux pays qui ressentent avec plus ou moins d’intensité la galère depuis le 20 août dernier où le Nigéria a haussé le ton.
En congés au moment des faits, le gouvernement Béninois n’a pas cru devoir se réunir d’urgence ou à tout le moins pondre un communiqué officiel pour rassurer les citoyens des actions qui se mènent pour un retour à la normale. Néanmoins, Patrice Talon a réussi à s’entretenir avec son homologue nigérian. Cet échange téléphonique n’aura pas vraiment fait fléchir le colosse de l’Est qui est resté campé sur sa position. Hier au Japon, les deux dirigeants ont une nouvelle fois évoqué le sujet. A en juger par les images, les discussions se sont déroulées dans une ambiance conviviale. Tout ça c’est la forme. Dans le fond, la partie béninoise a-t-elle réussi à faire bouger les lignes ? Le temps nous le dira. Quelques confidences recueillies sur place font état de ce que la colère de Abuja vis-à-vis de Porto-Novo est liée à la réexportation massive sur son sol et par voie de contrebande de certains produits dont le riz. Alors que le gouvernement nigérian a réussi avec les producteurs locaux à assurer une certaine autonomie aux populations, l’attitude du Bénin n’est pas perçue d’un bon œil. Il fallait taper du poing sur la table pour susciter la réaction idoine.
Il se dessine au terme de ces échanges-plaidoyers un allègement de la mesure. Si tel est le cas dans les prochains jours, comment le Bénin compte-t-il se comporter désormais face au Nigéria ? Porto-Novo va-t-il retenir la leçon ? Le rigorisme qui semble être la marque déposée de Patrice Talon va-t-il produire ses effets ? Fera-t-on encore semblant pendant un temps avant de reprendre nos vieilles habitudes ? Le renouveau des relations bénino-nigérianes sera-t-elle de mise ? Un communiqué officiel du gouvernement sur la question renseignera l’opinion à ce sujet. Il est vivement attendu.





Dans la même rubrique